glycomet pas cher paris nice

L’utilisation prolongée de crèmes à la cortisone peut entraîner une atrophie cutanée, des télangiectasies ( apparition de petits vaisseaux, surtout sur le visage), des vergetures (surtout chez les adolescents), un purpura ecchymotique secondaire à l’atrophie, une fragilité cutanée. Au visage, les cremes à la cortisone peuvent créer une dermite péri-orale, aggraver une rosacée. Retard de cicatrisation des plaies, des escarres, des ulcères de jambe. Des éruptions à type d’acné ou de folliculite pustuleuse, une hypertrichose, des dépigmentations… Des infections secondaires, particulièrement sous pansement occlusif ou dans les plis Des dermatoses allergiques de contact.

BEPANTHEN 5%, pommade / DEXPANTHENOL 5 %, pommade (Dexpanthénol).

Il s’agit d’une crème exposant notamment au risque d’allergie de peau.

MITOSYL IRRITATIONS, pommade (Huile de foie de poisson / Oxyde de Zinc).

Il s’agit d’une crème exposant notamment au risque d’allergie de peau et de macération.

PO12 2 POUR CENT, crème (Enoxolone).

Il s’agit d’une crème exposant notamment au risque d’allergie de peau.

SEDERMYL 0,75%, crème (Chlorhydrate d’isothipendyl).

Il s’agit d’une crème exposant notamment au risque d’allergie de peau.

Médicament contre les démangeaisons.

Il s’agit d’antihistaminiques qu’on trouve sur Internet ou dans sa pharmacie, autorisés en accès direct par l’Agence Nationale de Sécurité des médicaments pour soulager les démangeaisons. Il faut être très prudent avant d’utiliser un médicament et bien demander conseil à son pharmacien pour savoir si l’on peut prendre le médicament dans son cas (risques d’effets secondaires, d’interactions avec d’autres médicaments, risque en cas de grossesse ou d’allaitement… )

acheter du viagra à angeles city

Le Dr Alain Gérard, auteur du «Bon usage des psychotropes», aux éd. Albin Michel, explique la dernière approche utilisée pour traiter les états d''anxiété intense quand ils ont dégénéré en maladie psychique.

On entend parler de plus en plus de syndrome d''anxiété généralisée. Quelles en sont les caractéristiques?

Il s'agit d'un trouble acquis à partir d'un moment de la vie où le sujet est devenu prisonnier d'un état de tension interne et d'inquiétude incontrôlable. Sur le plan psychique, il a l'impression de ne plus pouvoir maîtriser sa pensée ni sa vie, les soucis apparaissent disproportionnés par rapport à la réalité. Le malade a peur de tout sans raison valable. Très vite s'associent à cette tension des symptômes physiques: troubles digestifs, bouche sèche, douleurs musculaires, perturbation du sommeil, fatigabilité anormale. Dans les formes évoluées surviennent des attaques de panique. L'ensemble de tous ces troubles provoque une souffrance morale et un handicap qui finissent par altérer le fonctionnement de la vie sociale et professionnelle.

Comment ne pas confondre cette maladie anxieuse avec une détresse morale passagère? Le diagnostic de trouble anxieux généralisé n'est porté avec certitude qu'après six mois d'évolution des trois types de symptômes dont nous venons de parler. Il s'agit d'une maladie psychique fréquente (surtout à l'adolescence et chez l'adulte jeune) dont on ne connaît pas la cause mais qui peut être déclenchée par des stress successifs.

Sans traitement, quels sont les risques? Tout d'abord, le sujet atteint peut souffrir de crises de panique aiguës durant lesquelles il a l'impression de devenir fou. Ensuite, le grand risque est la survenue d'une dépression.

Quels ont été les derniers progrès de cette prise en charge?

Aujourd'hui, on ne se contente plus d'administrer des médicaments. L'avancée de ces toutes dernières années consiste, dans une stratégie globale, en un traitement à court terme suivi d'un autre à long terme. Lorsque les troubles du sommeil sont très importants ainsi que les symptômes de tension musculaire, on prescrit durant quelques semaines une première thérapie à base d'anxiolytique. Depuis peu, on remplace volontiers ces benzodiazépines par un des deux antidépresseurs qui viennent de prouver leur efficacité sur le marché: la paroxétine ou la venlafaxine. Le produit qui a pris le relais de l'anxiolytique est administré pour une durée de six à douze mois (selon le cas spécifique du patient). Pour les sujets dont les troubles du sommeil et les douleurs musculaires ne constituent pas un handicap majeur, on débute le traitement directement avec un antidépresseur. Mais j'insiste sur le fait que cette prescription n'est légitime qu'en cas d'anxiété généralisée caractérisée. Il ne faut surtout pas administrer un antidépresseur à toute personne qui exprime quelques symptômes anxieux! Il est indispensable de calculer le rapport bénéfices-risques. Ces traitements médicamenteux, dans la très grande majorité des cas, apportent une très nette amélioration de l'état anxieux, mais on s'aperçoit souvent qu'il est nécessaire, pour stabiliser le patient, de poursuivre la prise en charge par une psychothérapie.

Quel va être le but de cette seconde étape où l'on passe à une thérapie par la parole?

Dans un premier temps, durant huit à douze semaines, une psychothérapie dite “cognitive” ou “comportementale” va viser à restructurer la pensée anxieuse du sujet en l'aidant à prendre conscience des mécanismes qui le font souffrir. Cette thérapie est aussi destinée à éviter la survenue de pensées anxiogènes, à retrouver la maîtrise de son cerveau. Parallèlement à cette prise en charge, des règles d'hygiène de vie sont à respecter: faire du sport ou marcher au grand air une heure par jour, éviter ou fortement diminuer café, alcool et tabac.

Généralement, après cette thérapie comportementale ou cognitive, quels résultats obtient-on? La plupart du temps, on parvient à diminuer fortement la souffrance morale du patient, à réduire de façon majeure son handicap. Ces grands anxieux conservent cependant quelques symptômes mais tout à fait surmontables: leur niveau d'inquiétude n'est pas pathologique.

Et quel recours offrez-vous aux malades qui ne bénéficient pas d'une amélioration suffisante? Nous les dirigeons vers une autre forme de psychothérapie, une psychanalyse à plus long terme. La technique sera différente de la précédente: le psychanalyste fera parler le patient de façon à ce qu'il remonte aux sources inconscientes de son angoisse. La solution de ce conflit refoulé est en principe trouvée en cours de traitement.

En cas d''anxiété généralisée, quels sont vos conseils? Ils sont au nombre de quatre. 1 Ne jamais banaliser ce trouble anxieux, car il peut avoir des conséquences graves. 2 Ne pas gérer soi-même son traitement: prendre toujours l'avis d'un spécialiste, particulièrement en période d'arrêt d'un médicament. 3 Accepter l'idée que l'association d'une thérapie par médicament à une autre par la parole est complémentaire, les deux sont utiles pour guérir. 4 Ne pas oublier, à l'amélioration des troubles, les recommandations d'hygiène de vie reçues pendant le traitement.

Contacter S. de la Brosse.

Toute reproduction interdite. Comment reconstituer sa flore intestinale.

Comment refaire la flore intestinale quand celle-ci a été détériorée par des problèmes digestifs chroniques, par l’alimentation moderne ou encore par la prise d’antibiotiques? Reconstruire la microflore intestinale est indispensable pour une bonne santé…

Entretenir sa flore intestinale.

Nous avons vu dans l’article précédant « La santé vient du ventre » que notre flore intestinale est peuplée de milliards de bactéries. Mais comme dans tout, il y a du bon et du moins bon… Les « bonnes » et les « mauvaises » bactéries! Voyons ceci en détail.

viagra et alpha bloquant

Pourquoi ne pas joindre vos anciens amis et leur proposer d’aller boire un café?

Quand on voit le degré d’objectivité de votre intervention, je suis certain que l’impulsion décisive n’est pas loin!

Bon courage à vous et à bientôt,

Merci de votre réponse!

Donc oui, j’écris de temps en temps, quand j’ai vraiment besoin de me vider l’esprit. Et en effet ça m’aide beaucoup! Ca me permet de faire le vide complet et d’être parfaitement conscient de ma situation. Par la suite passer à l’acte n’est pas si simple comme vous dites.

Mais bon, je sais au fond de moi qu’un jour cette mauvaise période ne sera qu’un souvenir.

J Jean-Baptiste a écrit.

Je vous en prie Aze!

Comme vous, je pense qu’il faut sonder son être pour trouver cette certitude que les choses s’amélioreront. Bravo pour ce message d’espoir franc et honnête.

Z Zouzou a écrit.

Bonsoir, D’abord, merci pour ce merveilleux article dont tous les conseils me semblent bons à prendre! Ensuite, je vous écris car je me sens en besoin de partager ce que je vis actuellement… Je suis une étudiante de 20 ans qui a entamé ma dernière année d’études artistiques. Je vis actuellement une dépression liée à ma scolarité bien que j’adore ce que j’étudie plus que tout au monde. Mais depuis la rentrée scolaire je ressens un certain mal-être intérieur, chaque jour. Quand je pense à l’école, quand j’y suis, cela me semble presque une torture… Je me sens mal, seule, presque pas à ma place, je ne me sens pas à la hauteur ( manque de confiance en moi ET j’exige trop de moi ). De plus, mes professeurs ont une fâcheuse tendance à être incohérent avec eux-même, avec les autres professeurs et avec nous. Et j’ai eu droit à de méchants commentaires de certains d’entre eux, alors que je me suis toujours consacrée à 200% à l’école. A un tel point que je voyais beaucoup moins mes amis, je n’ai plus exercer mes autres passions, je ne prenais que peu de temps pour moi, etc. BREF: toujours l’école avant tout, une bonne élève, très impliquée dans ces études. Etudes qui d’ailleurs me demandent tout mon temps ( peut bosser jusque passé minuit chaque jour et cours les samedi ). Ces derniers temps j’ai été tellement mal que je pense réellement faire une dépression. Je passe tout mon temps dans mon lit, je mange n’importe quoi à des heures décallées, j’évite les gens, je pleure énormément, j’ai des idées négatives, j’ai l’impression que tout le monde me regarde ou me juge, je ne sais plus quoi faire ni quel choix faire, je suis si mal, j’ai l’impression de ne jamais avancer, de stagner. Des amis ont proposés plusieurs fois de me voir mais je n’en ai pas envie. Comme si je n’avais pas envie qu’ils me voient comme ça, ou aient de la pitié ou encore me jugent? Je ne sais pas. A part mon copain je ne veux voir personne. D’ailleurs avec mon copain on s’est plusieurs fois pris la tête depuis la rentrée.. Et quand mon copain est en colère ( apparemment comme pas mal d’hommes, même si je ne comprends pas car je ne suis pas comme ça ) il lui arrive de me dire des choses, qu’il ne pense pas, mais qui me blesse. Et c’est très dur aussi, je n’ai jamais aimé ce genre de comportement chez les hommes mais apparemment c’est si fréquent… Il m’a dit notamment qu’il n’en pouvait plus car depuis un mois il me voyait mal et pleurer non stop et qu’il ne savait pas quoi faire à part me regarder pleurer, qu’il ne savait pas quoi dire, qu’il n’allait pas tenir comme ça toute l’année etc. Ainsi que d’autres choses qui m’ont blessés mais dont je ne vais pas mentionner ici. Et cela m’a fait très peur car je l’aime si fort et je veux faire ma vie avec lui mais le voir si vite hors de lui et à bout m’effraie. Dans la vie de couple, il y a toujours des hauts et des bas. Parfois des évènements très durs ou des gros problèmes, qui peuvent même s’étaler sur plusieurs années. Et cela me fait peur qu’après seulement un mois il soit dans de tel état.. Cela ne me rassure pas… Bon, après tout ça il s’est excusé et a démenti car il a dit ça sous l’emprise de la colère.. Mais tout ce qu’on me dit je le retiens et je n’arrive pas à m’en dissocier, mensonges ou vérités. Et cela me pèse… J’ai été voir une guérisseuse pour mon début de dépression qui m’a enlevé quelques blocages et a travaillé en sentant les énergies etc. de mon corps. Après, je me sentais tout de suite mieux mais cela n’a que duré 2 ou 3 jours. Une spécialiste, qui a également travaillé sur moi, a vu que je manquais énormément d’éléments et vitamines indispensables pour mon cerveau et pour mon énergie. En effet, j’ai très mal mangé ce dernier mois. Apparemment, il me faudrait une bonne dose de compléments alimentaires et j’irais déjà mieux. Elle dit avoir vu et compris ça comme principal raison de ma dépression. Mais pour tout vous dire, je ne sais pas trop quoi croire. Je ressens tant un mal physique, que moral et émotionnel. Autant, il se peut que je sois faible physiquement et en manque d’énergie, qu’autant ça m’est arrivé à d’autres moments sans pour autant être si mal. De plus, je ressens vraiment une si forte baisse de moral et un mal au coeur, un mal émotionnel… Je ne sais plus quoi faire, plus rien ne me réjouis vous voyez? ( Ce qui ne me ressemble pas du tout, je suis pleine de vie et de joie et de spontaneité …) Je suis si perdue et si mal. Je connais les causes de ma dépression, du moins une très grande partie, mais je ne sais pas quoi faire. J’essaie de réfléchir à des choix que je pourrais faire, peser le pour et le contre, mais je ne sais même pas si je réfléchis bien ou si je suis en état de faire des choix, dans ma tête rien n’avance. Il n’y a rien que j’aimerais faire particulièrement, aucun endroit particulier où j’aimerais être. Je suis totalement perdue… Merci d’avance.

J Jean-Baptiste a écrit.

Bonjour Zouzou, et merci pour votre participation.

Le fait de ne pas ressentir le besoin ou l’envie immédiate de faire quoi que ce soit, est lié à votre état d’esprit. Le mieux, dans ce contexte, reste alors d’essayer de changer de cadre matériel.

comment acheter viagra en ligne en inde

les 11 commandement le viagra

fatigue; troubles du sommeil; maux de tête; étourdissements; nausées; diarrhée; palpitations cardiaques (cœur qui bat anormalement vite); sensation d’étouffement; transpiration excessive; bouffées de chaleur ou, au contraire, frissons; pression sanguine élevée; tremblements parfois généralisés à tout le corps; serrements et douleurs à la poitrine; engourdissements ou picotements.

Symptômes psychologiques.

Les symptômes psychologiques les plus fréquents sont:

une difficulté à se concentrer; un sentiment d’inquiétude.

Quand consulter.

N'attendez pas de ne plus être capable de faire vos activités habituelles pour consulter. Si vous avez des symptômes, vous pouvez consulter certains organismes et associations œuvrant dans le domaine des troubles anxieux. Ceux-ci offrent de l’information, de l’aide et du soutien.

Toutefois, voyez votre médecin de famille ou un autre professionnel de la santé si vous vivez l’une ou l’autre des situations suivantes:

Vous vivez de la détresse; Vous avez de la difficulté à assumer vos responsabilités sociales, professionnelles ou familiales.

Un professionnel de la santé pourra évaluer si vous avez bien un trouble anxieux ou un autre problème de santé qui présente des symptômes semblables. Pour bien vous évaluer, il aura peut-être besoin de faire un bilan de votre condition physique ou de vous prescrire des tests de laboratoire. Il vous proposera un plan de traitement adapté à vos besoins.

Consultez la section Aide et ressources pour connaître les ressources à votre disposition.

achat viagra ligne suisse

bula viagra generico

Interaction de la N-acétylcystéine.

Suite à une interaction avec différents antibiotiques du types amoxicillines, pénicillines, tétracyclines, céphalosporines, aminoglycosides, macrolides et amphotérocines: respecter un intervalle de 2 heures entre la prise de N-acétyscystéine et de l’antibiotique.

– à base de carbocystéine, sous forme de sirop, gouttes, spray:

Remarque importante, prescription chez les enfants.

La carbocystéine et la N-acéytlcystéine sont contre-indiquées en France chez les enfants de moins de 2 ans, car plusieurs cas de complications respiratoires sont apparus dans ces dernières années.

En Suisse le pharmacien ne devrait pas remettre la carbocystéine et la N-acéytlcystéine chez un enfant de moins de 2 ans. Selon la situation un médecin peut prescrire la carbocystéine et la N-acéytlcystéine pour des enfants de 1 à 2 ans. En desous d’un an cela reste contre-indiqué pour le pharmacien et le médecin.

Il est de ce fait conseillé de ne jamais donner de médicament antitussif à un enfant de moins de 2 ans sans avis médical et de privilégier les simples mesures d’hygiène:

désobstruction nasale pluriquotidienne au sérum physiologique en cas d’encombrement nasal, éviction de l’exposition au tabac, hydratation régulière du nourrisson et limitation de la température à 19-20°C dans la chambre.

– Médicaments à base de plantes, sous forme de bonbons, de sirop,…: bourgeon de sapin, lierre, racine de guimauve.

3. Contre les toux chroniques.

La thérapie consiste à calmer la toux selon qu’il s’agisse d’une toux sèche ou grasse: dans tous les cas prière de consulter un médecin car cette toux cache ou peut cacher en général une maladie sous-jacente (BPCO, cancer,…), il faudra donc plutôt soigner la cause de cette maladie.

4. Contre les toux médicamenteuses.

Parlez à votre médecin pour changer de traitement ou trouver une autre solution.

Remèdes naturels.

1. Plantes médicinales contre la toux.

viagra des coûts dans les philippines

viagra 100 mg uso

0843683221.

YAHoo/Apple/Google/หน้าส้นตีนลูกพ่อแม่ไม่สั่งไม่สอนไอ้พวกหน้าตัวเมียไอ้สัตว์นรก.

remove from search engine.

the link i not up to date: us.linkedin.com/pub/dir/José/Serrato apears informations about someon else.

1) I didn't ask for, nor do I want the "NO" icon before my name in emails I send. I NEVER use just my first and last name initials!

ASK people before you redesign their personal email site/references.

不能關閉安全搜索.

Miami Herald.

It is very aggravating while on Yahoo, recently it appears Miami Herald has taken over the site and everything they post requires you to take out a subscription to continue is there anyway I can block them out while on yahoo, if not I will start using another site to get news and information.

I hate your news page. Constant attack on President Trump. Whatever negative **** you can find, you publish. #maga.

forum acheter viagra sans ordonnance

les 11 commandement le viagra

Au cours des années, j’ai pu observer des centaines de cas similaires: des patients qui ont décidé qu’il devrait exister une autre façon de se soigner et qui ont découvert une solution naturelle!

« Je me sens vraiment mieux »

J’ai eu des hémorroïdes pendant 20 ans. J’ai essayé presque tout ce que la pharmacie avait à offrir contre mes hémorroïdes: des vitamines aux compléments nutritionnels, j’ai tout essayé. Aucun d’entre eux n’a eu de l’effet – j’ai juste perdu de l’argent.

Après avoir suivi votre méthode pendant 6 semaines, je n’avais plus de signe d’hémorroïdes. Je n’aurais jamais cru c’étaient possible.

Tout le monde me dit que j’ai l’air plus jeune, et je me sens vraiment mieux. Merci Anne.

— Sandrine Marrent Lyon, France.

Ce sont mes 25 ans d’expérience qui m’ont conduite à mes découvertes…

Il y a de cela 8 ans, j’ai décidé d’effectuer des recherches en étudiant plus de 300 cas de patients qui se sont soignés en utilisant un traitement alternatif.

Je voulais trouver le point commun entre chaque traitement alternatif qui ont fonctionné. Pour cela j’ai posé plusieurs questions:

J’ai posé des questions sur l’alimentation — ce qui avait fonctionné, ce qui n’avait pas fonctionné. J’ai posé des questions sur l’exercice physique — ce qui avait fonctionné, ce qui n’avait pas fonctionné. J’ai demandé quels traitements et quels médicaments ils avaient essayés — ce qui avait fonctionné- ce qui n’avait pas fonctionné.

J’ai découvert un « élément » similaire parmi les 300 cas que j’ai analysés. Je me demandais si j’avais enfin trouvé la clef du traitement.

J’ai donc ensuite commencé à tester ce qui me semblait être la solution sur 40 patients….

100mg de viagra ne fonctionne pas

est viagra illégal au canada

Symptômes de la constipation passagère.

Le principal symptôme de la constipation est celui qui constitue la définition de la constipation: des selles peu fréquentes, dures et peu abondantes.

Selon le type de constipation, les signes de la constipation peuvent être sensiblement différents:

constipation de transit: présence de selles dures et rares, mais sans difficulté particulière pour évacuer les selles constipation terminale: difficultés à déféquer, nécessité de réaliser des efforts de poussée importants ou répétés, sensation que son rectum est rempli de matière fécale.

Dans tous les cas, la constipation passagère peut également s’accompagner de divers troubles intestinaux, tels que maux de ventre, douleurs abdominales, ballonnements, flatulences, voire spasmes ou hémorroïdes.

Pour en savoir plus, lire l’article suivant: Symptômes de la constipation.

Consultation médicale pour constipation passagère.

Il est impératif de consulter son médecin rapidement surtout si la constipation apparait brutalement et sans cause particulière apparente… Une consultation médicale est également absolument nécessaire si vous constatez la présence de traces de sang dans vos selles, ou si vous êtes victimes de très fortes douleurs abdominales. En effet, la constipation peut parfois être le symptôme d’un cancer de l’intestin ou du côlon.

Si les symptômes ci-dessus sont importants ou persistants, et si votre constipation passagère ne disparait pas au bout de 3 semaines, c’est qu’ elle devient chronique. Consultez votre médecin pour en déterminer la cause.

D’autres signes sont à surveiller et peuvent nécessité une consultation médicale si ils apparaissent. Pour en savoir plus, lisez l’article suivant: Consultation pour constipation.

Diagnostic de la constipation passagère.

Lorsqu’une constipation est suspectée, la première chose à faire est de déterminer si il s’agit réellement d’un état de constipation ou juste d’un ralentissement notable du transit intestinal, mais qui n’est pas suffisamment important pour pouvoir parler de constipation. L’ aspect des selles pourra notamment être apprécié pour confirmer la constipation.

Si la constipation est confirmée, un interrogatoire précis permettra de tracer l’ historique de la constipation, d’en savoir plus sur son apparition et éventuellement de détecter un facteur de risque ayant pu déclencher cette constipation (modifications de ses habitudes alimentaires, trouble psychologique, prise de certains médicaments, …).

achat viagra pas cher 30 livre sur 4 jr

Les stratégies de traitement impliquent généralement des changements alimentaires, l’introduction d’exercices physiques adaptées à la personne et des habitudes de défécation modifiées.

Que sont les hémorroïdes internes?

Le terme « hémorroïdes » se réfère à un trouble dans lequel les veines autour de l’anus ou du rectum inférieur sont gonflées et enflammées.

Plusieurs groupes de veines entourent le rectum et l’anus – un groupe est connu comme veines hémorroïdaires internes, les autres sont connues comme les veines hémorroïdaires externes. Comme son nom l’indique, les hémorroïdes internes affectent les veines hémorroïdaires internes (idem pour l’aspect externe).

Quelles sont les causes?

Comme mentionné par ailleurs, les hémorroïdes internes sont causées par une pression accrue dans les veines hémorroïdaires internes. Un certain nombre de conditions peut augmenter la pression dans les veines hémorroïdaires internes. Celles-ci comprennent:

– un mauvais transit intestinal impliquant une difficulté à évacuer les selles, ou d’autres mauvaises habitudes de sédentarisme, comme le fait d’être assis pendant de trop longues périodes avec un manque d’activité physique;

– la constipation chronique ou la diarrhée;

– les relations sexuelles anales;

– un mode d’alimentation déséquilibré avec une proportion trop importante de matières grasses et insuffisante en fibres, ces dernières aidant énormément à un transit intestinal optimal et sain.

Les symptômes des hémorroïdes internes.

Le symptôme le plus commun des hémorroïdes internes est du sang rouge vif recouvrant les selles ou présent sur le papier hygiénique ou encore se retrouvant dans la cuvette des WC.

D’autres symptômes peuvent inclure des sentiments de:

– une vague gêne au niveau anal,

– une sensation de gonflement après un mouvement de l’intestin.

viagra professional store

J’espère en tout cas que vous parviendrez à changer comme vous le souhaitez.

M Michael a écrit.

Bonjour à tous, Tout d’abord, je souhaiterais vous remercier pour les témoignages poignants que chacun de vous à laisser. Je retrouve une partie de ma vie, de mes « émotions » dans chacune des expériences de chacun. Je me suis rendu compte depuis peu, vraiment peu de temps, que j’étais en dépression. Cela doit faire maintenant 15 jours seulement que j’ai réalisé que je ne pouvais, ne devais, plus continuer comme ça. Mais je sais que le mal est bien plus profond et date de bien plus longtemps.

Étant un solitaire depuis la plus tendre enfance, je ne me confie à personne, j’ai toujours été seul pour gérer ma vie, toujours réussi à faire une bulle et m’en sortir par moi-même quand je passais par des moments difficiles. Mais là, je sens que je ne peux plus m’en sortir seul, je n’arrive plus à lutter seul, je baisse les armes peu à peu, je me sens au fond du trou et je n’arrive pas à aller de l’avant, je m’enfonce un peu plus, sans savoir quand ça va repartir, quand ça va rebondir. Je ne mange presque plus, je dors très peu, je n’ai envie de rien, je ne ris plus, j’ai du mal à me concentrer sur quelque chose. Si je regarde un film, je n’arrive pas à le voir jusqu’au bout. Quand je travaille, il me faut beaucoup plus de temps pour finir ce que j’ai commencé. Même lorsque je me force à sortir avec mes amis, je ne m’amuse pas, je m’amuse plus.

J’ai cherché, et je cherche encore d’où vient cette crise plus profonde que d’habitude. J’ai pourtant tout pour être heureux. Des amis sur qui je pense pouvoir compter, une famille, une situation professionnelle stable, un appartement que j’ai acheté, je n’ai pas de problèmes financiers… Mais je ne suis pas bien, je me morfonds, j’ai envie de tout plaquer.

Depuis maintenant 2 mois, je vis une expérience amoureuse compliquée. Très compliquée. J’ai retrouvé par hasard une ancienne copine d’enfance qui était folle amoureuse de moi. N’habitant plus dans ma région d’origine, nous avons commencé à vivre cette relation à distance. C’était pour moi une première. Histoire de compliquer un peu plus les choses, elle est mère de famille et était déjà enceinte lors de nos retrouvailles. Je suis bien quand je suis avec elle, je suis anéanti quand nous ne sommes pas ensemble. Je sais maintenant que je n’étais déjà pas bien quand je l’ai rencontré. Ce mal profond ruine ma relation. Je l’étouffe à trop vouloir la couver, à trop vouloir l’aimer. Je pense que j’avais trouvé en elle une personne sur qui je pouvais me reposer. Je lui ai probablement trop donné, j’ai trop espéré qu’avec elle je pouvais m’en sortir, par elle, pour elle. J’ai un trop-plein d’amour, un manque d’affection qui a détruit peu à peu mon « couple ». Ne pouvant pas la voir quand je le souhaite, je me sens encore plus abandonné. Je vis très mal cette situation très compliquée, et ça me ruine encore plus.

J’ai commencé à voir une psychologue, je parle peu à peu à mes amis, je me confis à ma famille. C’est une première pour moi. J’essaye aussi de sortir de ce trou noir en faisant du sport. Mais quoi que je fasse, je continue à plonger, sans pouvoir me rattacher à quelque chose. Je n’ai aucune ambition, je n’ai plus d’envie. Mon travail me saoule, la ville où j’habite aussi, mon appartement également. Je sens un ras-le-bol général. Je m’enferme encore plus sur moi. Je n’ai par contre aucune envie suicidaire, je n’y pense même pas. Je veux m’en sortir, mais je ne sais pas comment m’y prendre, par quoi commencer. Je pense connaître les raisons de cette « dépression », mais quoi que je fasse, je ne peux pas m’en sortir seul, je ne peux plus m’en sortir seul… J’ai l’impression de gâcher toutes les choses heureuses que je fais. À chaque fois que j’ai l’impression de toucher le bonheur, il faut que je fasse tout pour ne pas l’être. J’ai cette sensation que le bonheur n’est pas pour moi, que cela ne doit pas m’arriver… Je ne sais plus quoi faire…

Merci d’avoir pris le temps de lire ces quelques mots.

J Jean-Baptiste a écrit.

Je pense que vous venez déjà de franchir une étape importante en décidant de partager votre expérience de cette manière.