achat protonix en ligne paypal

- le film plastique (ou film alimentaire) autour des pieds et/ou des mains la nuit après avoir mis la crème, avec les chaussettes par dessus, permettant à la crème de pénétrer la peau plus longtemps (pour moi, "ça oblige mes pieds à manger la crème" ).

Attention tout de même pour la deuxième technique: l'effet de la crème pourrait être trop fort. Parlez-en d'abord à votre dermatologue.

Pour finir, la solution ultime me concernant!: la crème hydratante! Oui, c'est surprenant et il m'a fallu presque 20 ans pour tomber dessus! x) C'est ma généraliste qui me l'a conseillé lors d'une visite parce que ça avait dégénéré en infection. Pour les pieds et les mains j'ai de la Nutraplus, et pour le corps c'est une lotion du nom de Excipial. Les deux sont à base d'urée, ce qui rejoindrait aussi l'efficacité des bains d'urine - quoique jamais testé me concernant. Donc voila, je mets la crème pour les mains et les pieds autant de fois que mes mains me semblent le demander et quand je peux sur les pieds. Et l'autre pour le corps, moins souvent parce que moins besoin.

C'est tout bête et cela me semble moins agressif que les crèmes que j'avais avant: cela va hydrater la peau et donc prévenir l'exzéma mais aussi le faire partir (me concernant, en tout cas). D'autant que j'ai cette crème sur ordonnance, donc ça ne me coûte pas plus qu'auparavant.

J'ai donné le nom des médicaments que j'ai eu non pas pour faire de la pub mais pour que vous puissiez avoir des exemples concrets. Une crème avec les mêmes molécules mais un nom différent fonctionnera tout aussi bien. Peut-être que vous pourriez en discuter avec votre dermato pour trouver la bonne solution.

Sinon, comme vous tous sûrement, j'évite au max les baskets, sauf pour l'hiver où j'ai investi dans des chaussures en goretex afin de ne pas avoir les pieds mouillés. Pas dit que vous trouviez les dernières bottines à la mode dans une des ces matières hydrophobes, mais vous pourrez tout de même dégoter des chaussures de marche sobres qui ont simplement l'air de baskets. Privilégiez le cuir, surtout en été, ou trouvez d'autres matières respirantes. Il faut aussi éviter les chaussettes en synthétique et prendre celles qui ont le plus haut pourcentage de coton. Le pire, ces bien d'avoir les pieds humides. Et je vous parle même pas des démangeaisons.

Et pour finir, encore très important: j'ai pu observer que mes plus grandes crises d’eczéma avaient sûrement été dues au stress! (Disons que très souvent ça coïncide). Donc mine de rien, ça peut être un bon indice de comment vous vous sentez au fond. Me concernant, je sais que j'intériorise beaucoup et me dit que c'est parfois mon corps qui tire la sonnette d'alarme à ma place.

achat en ligne citalopram sandoz canada

Vous devriez faire attention à ce que vous dites …vous pourriez finir par avoir des problèmes …………………

Effectivement CERISE a tout à fait raison, d’autant que ce blog est réservé au DCA (Dichloroacétate de Sodium) et pas à autre chose.

Donc PECUNIA, si vous n’avez rien à dire sur le DCA, merci d’aller vendre vos produits sur d’autres sites ou blogs.

Depuis une semaine maintenant, le DCA est utilisé en France par une femme ayant un cancer du col de l’utérus avec récidive dans tout le vagin et sur une vertèbre. L’utilisation du DCA est couplée avec une chimio (sans cisplatine) et des aimants dans deux alliages différents posés sur et autour de la vertèbre. DCA + vitamine B1 + Acide Lipoïque + Reshi + Maitaké.

Dans une semaine nous espérons voir éventuellement les premiers effets.

Le scanner vient d’indiquer que la récidive est terminée au niveau du vagin, qui reste encore un peu flou sur une petite partie vers le col en raison de agressivité des différentes chimios antérieures. Il n’y a plus aucun foyer sur la vertèbre, qui était ouverte et qui s’est refermée, pas de tassement non plus, elle restera néanmoins un peu fragilisée. L’utilisation des aimants dans deux alliages différents posés dans une ceinture dorsale légère, de manière à obtenir la meilleure résonance, à permis tout de suite de supprimer la douleur provenant de la vertèbre, la ceinture était utilisée une heure pas jour et ensuite ponctuellement en cas de douleurs, dès l’utilisation de la ceinture aimantée la patiente a dormi toutes ses nuits. La combinaison du protocole du DCA + vitamine B1 + Acide Lipoïque + Reshi + Maitaké + les aimants a été bénéfique, la chimio à base de carboplastine bien que n’ayant été utilisée que 3 fois sur les 7 prévues entre janvier et avril (dont une seule fois entre la mi-février et la mi-avril), a sans doute également joué un rôle, sachant que les globules blanc et les plaquettes étaient à chaque fois en chute libre à la sortie des chimios que la combinaison Reishi et Maitaké a permis une remontée spectaculaire en une semaine. La remontée des globules rouges est plus lente, la chute était due à une carence en fer. Première conclusion: L’utilisation du DCA doit être associé à un protocole complet, le dosage de l’ensemble des produits doit être suivi très attentivement et ajusté si nécessaire, en fonction des réactions des patients. Il y a eu ici complémentarité avec la chimio (dont je fournirais, le plus vite possible le détail des composants). L’utilisation des aimants (deux alliages) directement sur la vertèbre a eu un effet spectaculaire. Je prépare un C-R plus technique. Un grand merci à LEON, OLIVIER, LAURENT, NANOU et tous les autres qui dans leurs commentaires ont permis de mettre au point ce protocole. Je tiens à remercier la patiente qui a accepté de suivre ce protocole.

Quelle belle et bonne nouvelle Thierry!!…

Bonsoir, Bon il n’y a pas grand monde sur ce forum, je vais quand même résumer ce qui a été fait sur ce cas particulier:

Le DCA vient d’être utilisé sur une patiente atteinte d’une 4ième récidive du cancer du col de l’utérus. La récidive portait sur l’ensemble du vagin et sur une vertèbre.

Etat de la patiente au 22 février, le nouveau protocole au carboplatine commencé en décembre 2010 donne des résultats très mitigée, et la dernière chimio date de la mi janvier 2011. Ce 22 février, mal de dos important et permanent, pertes rougeâtres plusieurs fois par jour, mal de ventre et bas ventre, allergie au patch de morphine et au solupred (arrêtés dès la première prise).

Voici le protocole utilisé: A partir du 23 février utilisation d’une ceinture dorsale souple et légère comprenant 4 aimants dans 2 alliages différents qui sont posés une heure par jour sur la vertèbre, et ensuite par tranche de 30 minutes en cas de douleurs à n’importe quel moment de la journée ou de la nuit. En plus à partir du 26 février chaque jour, le matin, prise de 3 gélules de Reishi et 3 gélules de Maitaké. En plus à partir du 11 mars on ajoute deux aimants supplémentaires sur la vertèbre ce qui donne 2 aimants dans un alliage et 4 aimants dans un autre alliage En plus à partir du 12 mars début de la prise du DCA + vitamine B1 + acide lipoïque-R Le 16 mars chimio au carboplatine Le 23 mars chimio au carboplatine Le 26 mars suivant les indications canadiennes trouvées sur le net, arrêt pendant une semaine de la prise DCA + vitamine B1 + acide lipoïque le 31 mars suite à une chute libre des globules blancs, des plaquettes et des globules rouges (effets déjà constaté précédemment à la suite de chimio) augmentation de la prise de Reishi et Maitaké pendant une semaine jusqu’au 6 avril, 5 gélules de reishi et 5 gélules de maitaké par jour le matin, puis à partir du 7 avril reprise des 3 gélules de Reishi et 3 gélules de Maitaké par jour le matin. Le 2 avril reprise du protocole DCA + vitamine B1 + acide lipoïque-R Le 4 avril remontée (x par 2) des globules blancs et des plaquettes (merci au Reishi et Maitaké), par contre les globules rouges sont encore insuffisants par manque de fer, donc prise de Tardiféran. Le 12 avril le scanner montre que la vertèbre qui était ouverte s’est refermée, que les deux foyers présents sur la vertèbre ont complètement disparu, et qu’il n’y a plus de récidive dans le vagin, qui par endroit reste cependant marqué (zone floue) par les traitements des chimios antérieures. le 13 avril chimio au carboplatine. 3 autres chimios sont encore programmées.

escitalopram ramq

Ceux et celles qui me connaissent savent l’intérêt que je porte à l’ail, sur ce site comme sur mon blog, j’ai déjà fait plusieurs articles pour évoquer les nombreuses qualités qu’a cette vénérable plante potagère. ( j’ai placé les liens s’y rattachant en fin d’article)

L’histoire de ma bronchite « stoppée »!

Pendant tout le mois de septembre J’ai séjourné en montagne Bourbonnaise,au cours de cette période j’ai pleinement profité du temps splendide qui y régnait ( une sorte « d’été indien »)

Mais le dimanche matin 04 octobre sur le plateau de la Verrerie à 1000m d’altitude ( image satellite Google, photo du plateau: là ) la température s’est rapidement refroidie.

Vers les 10 heures je discutais avec deux gars du coin, je pense que je n’étais pas assez couvert, et de ce fait j’ai tout simplement « attrapé froid », c’est-à-dire que j’ai été victime d’un refroidissement qui lui est souvent la porte d’entrée pour: rhumes, grippes, et autres bronchites:1 – 2 - 3.

Au bout d’un moment, j’ai senti une petite douleur sur les deux omoplates, comme je suis assez bavard j’ai continué la conversation, mais le soir venu quand je me suis couché j’ai bien senti que ma douleur dans le dos s’ accentuait de plus en plus.

Je connais bien ces symptômes. car pour moi, ils annoncent la bronchite (j’en ai eu deux, l’une en 1995, l ’autre en 2005,). Ces deux bronchites ont été assez sérieuses (fièvre, toux, expectorations), et toutes ont été soignées par la médecine classique, et elles ont durées au moins un mois.)

Mais depuis quelques années,( bien que l’ail soit à mon menu ), j’ai découvert également que l’ail avait de nombreuses propriétés bactéricides et antibiotiques naturelles, et ce sont ces dernières que j’utilise à ma façon. c’est à dire respirer les vapeurs d’ail au plus près! ( voir ma méthode plus bas dans mon article: Grâce à l’ail. j’ai guéri mon rhume en 72 heures chrono!. et également quelques lignes plus bases. c’est-à-dire le plus près de mes deux narines )

Mon retour dans le Sud était prévu pour le lendemain, il a été respecté. et durant tout le trajet, sur le tableau de bord de ma voiture, j’avais déposé une petite coupelle en plastique ou une gousse d’ail était coupée finement.

Chez moi, j’ai continué « mon traitement », C’est-à-dire en moyenne toutes les 8 heures je coupe en petits morceaux une gousse d’ail et je dépose ces derniers dans ma coupelle, et de temps en temps, surtout lorsque que je renouvelais ma gousse (c’est le moment ou les petits morceaux de l’ail dégagent le plus d’éléments volatiles), je plaçais à ma façon « mon remède »,. le plus près de mes deux narines (photo. remarquerez comment je tiens ma coupelle. sacré P@py va. même la nuit, je déposais ma coupelle à côté de mon oreiller. inutile de vous dire qu’avec l’odeur.. il n’y avait pas de moustiques dans ma chambre ). et ce « régime » a été renforcé par une plus forte consommation d’ail dans mes repas du midi et du soir, en moyenne une demi-gousse à chaque repas. sans oublier d’autres plantes: oignon, persil, romarin, ciboulette, thym ( ce dernier est excellent pour la bronchite soit en assaisonnement ou en tisane, et de la tisane de thym j’en buvais une à deux tasses par jour )

achat citalopram forum

citalopram pas chere voyage

MODES D’UTILISATION.

Infusion, infusion courte, décoction, teinture, huiles ou onguents? Voici de quoi démêler tout ça… Lorsqu’on prépare une infusion, on dépose feuilles, fleurs ou racines d’une ou de plusieurs plantes au fond d’un contenant et on y verse de l’eau bouillante. On laisse ensuite reposer au moins une demi-heure puis on tamise le liquide avant de boire. Dans le cas d’une infusion courte, on laisse infuser seulement 10 minutes. Commencez par utiliser l’équivalent d’une cuillère à thé de plante par tasse d’eau et ajustez ensuite la quantité au goût. Pour faire une décoction, on ajoute de l’eau froide à la plante sèche déposée dans une casserole. On amène le tout à ébullition et laisse mijoter doucement de 20 à 30 minutes. On fait ensuite refroidir et on tamise avant de boire. Les teintures sont des extraits de plantes préparées à l’aide d’alcool. Les extraits liquides de plantes peuvent aussi être préparés à l’aide de vinaigre de cidre ou de glycérine végétale. On en dilue habituellement quelques gouttes, selon le dosage recommandé, dans un peu d’eau ou de jus pour les consommer. En usage externe, on peut aussi utiliser des huiles macérées et des onguents. Dans le premier cas, on a simplement laissé macérer les plantes dans une huile végétale, puis on a tamisé la préparation. Dans le second, cette huile macérée a été solidifiée avec de la cire d’abeille ou de la lanoline, une graisse issue de la laine de mouton.

PLANTES NUTRITIVES ET TONIQUES.

Les plantes dont il est question ici peuvent être consommées tous les jours. Les plantes dont il est question ici peuvent être consommées tous les jours. En plus d’être efficaces contre certains problèmes de santé, elles apportent de grandes quantités de nutriments, tonifient et dynamisent l’organisme entier ou un système en particulier. Ces plantes travaillent subtilement, mais leurs effets sont cumulatifs et se font sentir en profondeur. On les prend surtout en infusion, à raison de une à trois tasses par jour, à tour de rôle pour le plaisir ou sur de longues périodes pour profiter de tous leurs effets bénéfiques.

Avoine ( Avena sativa )

Plante particulièrement nutritive pour le système nerveux, l’avoine convient aux personnes tendues ou apathiques qu’elles soient enfants ou adultes. Elle favorise la concentration, le sommeil et la capacité d’évoluer sainement dans un univers survolté. L’avoine offre un bon soutien pendant la grossesse, en cas de carence alimentaire ou de sevrage. Préparez une infusion avec les parties aériennes vertes. Cette infusion peut aussi être ajoutée au bain en cas de démangeaisons.

Ortie ( Urtica dioica )

Riche en magnésium et en fer, l’ortie tonifie les reins. Elle aide les personnes qui présentent des troubles liés à l’accumulation de toxines dans le corps: maladies de peau, allergies, arthrite, cancer… Elle donne de l’énergie tout en régularisant la glycémie et en diminuant les effets néfastes du stress continu. L’ortie est une bonne alliée pour les femmes enceintes ou qui allaitent. Préparez une infusion avec les feuilles de la plante.

Molène ( Verbascum thapsus )

La molène est l’amie des muqueuses, particulièrement celles du système respiratoire. Elle les nourrit, elle atténue leur sensibilité et augmente leur résistance. Cette plante est l’alliée numéro un des fumeurs et ex-fumeurs, des personnes fragiles des poumons ou qui ont des problèmes respiratoires chroniques. Elle est efficace contre l’enrouement, la toux, la bronchite et l’asthme. Prenez les feuilles en infusion, mais faites attention aux poils qu’elles laissent au fond de la tasse: ils peuvent irriter la gorge!

Trèfle rouge (Trifolium pratense)

Riche en calcium, le trèfle rouge est un tonique nerveux qui convient bien aux personnes souffrant de troubles d’accumulation toxique. Ses nutriments seront grandement appréciés par les enfants, les femmes (de la puberté à la ménopause), les aînés et les convalescents. Plante de la famille des légumineuses, elle est également riche en isoflavones protecteurs. On consomme l’infusion des fleurs ou des parties aériennes au complet, mais on évite de la prendre en même temps que des médicaments qui fluidifient le sang.

Framboisier ( Rubus idaeus )

escitalopram 20 mg foro

acheter citalopram sandoz canada

J’ai toujours eu des acouphènes depuis mon plus jeune âge (j’ai 62 ans) mais je vivais avec sans trop de problème. Mais j’ai été victime d’un cancer du cavum (guéri par chimiothérapie et radiothérapie) il y a deux ans et depuis, les acouphènes se sont intensifiés, en particulier au réveil et après un effort d’endurance (randonnée pédestre par exemple) alors que le yoga n’a pas d’effet négatif particulier. Je prends de temps à autre du chininum salicilycum 15 CH sur recommandation de mon homeo mais les symptômes perdurent malgré tout, à intensité variable. Quel traitement recommandez-vous? US Search Desktop.

We appreciate your feedback on how to improve Yahoo Search. This forum is for you to make product suggestions and provide thoughtful feedback. We’re always trying to improve our products and we can use the most popular feedback to make a positive change!

If you need assistance of any kind, please visit our community support forum or find self-paced help on our help site. This forum is not monitored for any support-related issues.

The Yahoo product feedback forum now requires a valid Yahoo ID and password to participate.

You are now required to sign-in using your Yahoo email account in order to provide us with feedback and to submit votes and comments to existing ideas. If you do not have a Yahoo ID or the password to your Yahoo ID, please sign-up for a new account.

If you have a valid Yahoo ID and password, follow these steps if you would like to remove your posts, comments, votes, and/or profile from the Yahoo product feedback forum.

Vote for an existing idea ( ) or Post a new idea…

Hot ideas Top ideas New ideas Category Status My feedback.

Bring back the old layout with image search.

yea: the only possibility( i think) send all infos to (https://www.alienvault.com.

What happened to the comparison feature on the stock charts?

Replace the comparison feature on the stock charts!!

Misinformation on order DVD.

I ordered DVD / Blueray "AL.A confidential" all I got was Blue ray & a contact # for getting the DVD which didn't work. I order My week with Marilyn ____DVD /blue ray & I got both ----so foolishly assumed the same would apply to L.A. ___ETC not so. I have no blue ray machine ----- I don't want a blue ray machine I dont want blueray movies. How do I get my dvd copy of L.A. Confidential?

escitalopram ramq

citalopram pas cher vols

Tout comme le fenouil, l'anis étoilé aide à prévenir et expulser les gaz et à stimuler la digestion. Augmente aussi la production de lait maternel. Vertus différentes d'une personne à l'autre.

Bien qu'il ait été prouvé que les tisanes possèdent des vertus réelles, leurs effets peuvent parfois différer d'une personne à l'autre, tout comme les médicaments. Il s'agit donc, en médecine traditionnelle comme conventionnelle, de rester à l'écoute de son corps et autonome dans ses choix.

Provenance.

Pour qu'une plante conserve toutes les propriétés médicinales qu'on lui attribue, elle doit être en pleine forme. Il est important de s'assurer des détails suivants:

- Comment a t'elle été cultivée? - Comment a-t-elle été récoltée? - Comment a-t-elle été séchée? - Comment a t'elle été conservée et depuis combien de temps est-elle sur les tablettes?

Si elle est remplie de pesticides, de fongicides et/ou d'engrais de synthèse, il est très possible qu'elle vous fasse plus de mal que de bien. Si on récolte une partie de plante au mauvais moment (par exemple, les racines quand la plante est en fleur), ses propriétés seront de beaucoup diminuées. Si on ne sèche pas correctement une plante, ses propriétés diminuent.

Une plante se conserve au sec et à l'abri de la lumière. Les feuilles et fleurs se conservent bien un an, les racines et baies deux à trois ans. Bref, pour plus de sécurité et d'efficacité, en tout temps, choisissez des plantes de culture biologique certifiées ou locales. Si cela est impossible, observez si les plantes sont débordantes de couleurs et d'odeurs. Si c'est le cas, c'est bon signe!

Caféine.

Si vous désirez une tisane relaxante, vérifiez qu'aucun ingrédient ne contient de la caféine.

Aromatisées aux fruits.

Certaines tisanes de fruits contiennent en réalité des arômes artificiels.

Produit naturel.

Ce n'est pas parce qu'un produit est naturel qu'il est inoffensif. Malgré que la plupart des plantes vendues sur le marché soient douces et que la consommation de plantes en infusion constitue rarement un danger, certaines plantes médicinales peuvent entrer en interaction avec un médicament que vous prenez déjà, en amplifier l'effet ou l'annuler. Si vous avez un doute, il est souhaitable d'en parler à une herboriste, un naturopathe ou un pharmacien qui pourront vous renseigner.

citalopram pas cher en ligne pour l'emploi

citalopram pas cher vols

Je suis touché par tout ce que j’ai lu dans votre site. Voici mon histoire. J’ai toujours eu de la difficulté à entrer en contact avec les autres. Depuis que je suis tout jeune, j’ai des périodes dépressives parfois assez longues et à des degrés divers. Je suis tout à fait d’accord avec les moyens que vous suggérez pour améliorer sa condition. Je les ai tous utilisés à un moment ou à un autre, avec généralement, de bons résultats. Mais l’état en question revient toujours. Je n’utilise plus de stimulants ou d’intoxicants (café, alcool, cigarette, drogue etc.), ce qui a le bienfait de me régulariser. Je dors, je mange sainement, je bouge. Je suis en analyse à long terme, cela maintenant à peu près 15 ans. J’ai un travail que j’aime et qui me laisse beaucoup de liberté, même si c’est dans une grande entreprise. Financièrement ça va. J’ai eu un mariage, des enfants, deux carrières, une maison, une auto, des voyages… Donc en gros, ça va. Ça allait, plutôt. Depuis un an ou deux, je me sens glisser. Malgré tous mes (vains )efforts de socialisation, j’ai de moins en moins d’amis, je me sens de moins en moins attirant pour le sexe opposé, je me sens de moins en moins utile à la société. C’est comme un très long escalier mécanique qui descend, descend, descend. Le mieux que je peux faire en essayant très fort de remonter, c’est de rester au même endroit. J’ai essayé la méditation, une nouvelle thérapeute, prendre des cours… rien n’y fait. J’ai l’impression qu’à 55 ans, c’est fini pour moi. Ce que j’essaie ces temps-ci, c’est d’essayer d’accepter cette réalité. Après m’avoir analysé en tous sens pendant des années, j’essaie maintenant le contraire: ne pas donner de sens à ce que je ressens. Le ressentir, me dire que c’est sûrement temporaire, et passer à autre chose. J’ai l’impression que je ne me sentirai plus souvent « merveilleusement bien » d’ici la fin de ma vie. Le vieillissement, la marginalisation, la perte de moyens, tout ça pointe vers un avenir rétréci et probablement douloureux. J’essaie maintenant de me dire que cette lourdeur, cette perte d’énergie et de contact est une sensation, ni plus ni moins. Je ne veux plus essayer de trouver une cause ou une solution. J’ai envie de dire: Paul, tais-toi! Je ne veux plus penser, je ne veux plus parler, je veux ressentir. Je ne sais pas si cette approche me mènera quelque part, mais, franchement, je n’en vois plus d’autre.

J Jean-Baptiste a écrit.

Je dois avouer être impressionné par le degré d’introspection auquel vous êtes arrivé. On voit que la question a été tournée dans tous les sens. Cependant, si je peux me permettre, je pense qu’il reste un fond de défaitisme dans tout cela.

Être fini à 55 ans? Tout est question de perspective et de résolutions. Il est clair que la vie d’un individu est marquée par des cycles, mais la fin de l’un d’entre-eux ne symbolise-t-elle pas l’ouverture d’un second, avec de nouvelles opportunités au bout du chemin?

Si vous ne voulez plus penser, vous pouvez toujours agir. Pourquoi ne pas commencer (ou continuer) à faire du sport par exemple? Quand je vivais en Suède, les salles de musculation étaient pleines du matin au soir de personnes de tous âges et tous horizons. Un bon moyen de s’entretenir mais aussi de faire des rencontres!

Quoi qu’il en soit, je ne pense pas que le fait de ne plus accepter son ressenti soit le meilleur réflexe. Si l’écouter reste difficile, il faut essayer de stimuler les sources de réflexion positive et de plaisir.

Écrire est par exemple une thérapie qui fonctionne pour beaucoup. Cela permet de fossiliser un état d’esprit et d’en reprendre connaissance plus tard, avec sans doute plus d’objectivité.

J’espère en tout cas que vous retrouverez le courage de penser que rien n’est perdu pour vous. N’hésitez pas à revenir partager avec nous.

A Aymeric a écrit.

Bonjour, ayant actuellement 18 ans, et sortant à peine du lycée, je pense être en train d’entamer ma seconde dépression.. La première a duré 3 ans, un tel enfermement sur moi-même.. Je m’en suis sorti par ma propre volonté, petit à petit, car je connaissais l’événement déclencheur, et le meilleur moyen pour m’en sortir.

acheter citalopram internet forum

citalopram pas chere voyage

10 choses à savoir dans une infection urinaire!

Ah! L’infection urinaire, voilà une chose que nous les hommes avons 50 fois moins de chance de partager avec vous. J’ai trouvé cela intéressant de faire un billet sur le sujet car une femme sur trois aura une infection urinaire avant l’âge de 24 ans. Les récidives sont fréquentes: 20 % au cours de la vie, 3 % dans l’année (d’où l’intérêt de bien se traiter).

1- Il y a plusieurs choses à distinguer dans l’infection urinaire:

D’un coté, il y a l’infection urinaire simple de la femme jeune: la cystite (et qui va bien) et d’un autre il y a tout le reste. Dans la catégorie « tout le reste » on y met: les infection urinaires récidivantes, les pyelonephrites (on en reparlera plus tard), les infections urinaires sur malformation uro-génitale, et toutes les infections sur un terrain particulier… Évidemment dans ce billet je ne vais vous parler que de l’infection urinaire simple de la femme jeune: la cystite.

2- Quels sont les symptômes d’une infection urinaire? « pipi tout le temps » « pipi qui brule » et « vite pipi » 🙂

3- Ché grave docteur? C’est généralement bénin. Il est néanmoins nécessaire de consulter un médecin, des analyses complémentaires pourront être demandées, en particulier en cas de récidive.

4- Et comment ça se traite? Le traitement se fait par antibiotiques. Souvent en une seule prise! Selon les cas, on peut être amené à prescrire des antibiotiques sur plusieurs jours, sans pour autant que la situation devienne « compliquée » (à discuter avec votre médecin).

5- Avec le traitement il est important d’observer des règles hygieno-diététiques.

– Buvez beaucoup: 1.5 à 2 litres de liquide par jour. Buvez de l’eau. – Certains recommandent le jus de canneberge (Cranberry). – Uriner systématiquement après les rapports sexuels. – Essuyez-vous toujours de l’avant vers l’arrière (ne pas rapporter de germes). – Traiter les problèmes de constipation. – Ne pas se retenir d’uriner. – Faîtes vos toilettes intimes à l’eau et au savon doux (pas de douche vaginale). – Éviter l’humidité et la chaleur (vêtements serrés, vêtements en synthétique…)…

6- Et que faut t’il surveiller? Il est important de surveiller amélioration de la symptomatologie, et l’absence de fièvre et/ou de douleurs lombaires. Ces symptômes oriente vers une infection urinaire haute (appelée pyélonéphrite) et nécessite une prise en charge médicale plus poussée.

7- Quid de l’analyse d’urine (bandelette urinaire / ECBU )? Une simple analyse par une bandelette urinaire permet d’affirmer le diagnostic Si votre (bon) docteur vous prescrit une analyse d’urine ( ECBU il faut impérativement faire pipi dans le pot-pot AVANT de prendre les antibiotiques …

Si vous prenez l’antibiotique avant de faire l’analyse vous allez stériliser les urines et le germe ne pourra pas etre identifié (autant « pisser dans un violon »)!

8- Comment faire un ECBU? Pour obtenir un pot à pipi, il suffit d’aller en demander au laboratoire d’analyse ou dans certaines pharmacies. L’idéal étant de faire une (bonne) toilette intime (au dakin par exemple), faire son prélèvement sur les urines du matin (de préférence). Le premier jet d’urine est à éliminer dans les toilettes.Le prélèvement peut être conservé dans le frigo quelques heures.

9- Pourquoi faire un ECBU si c’est simple et qu’on connait le traitement?

Un ECBU met 3 jours pour être analysé au laboratoire (il faut mettre en culture les bactéries), vous n’allez pas attendre le résultat pour prendre le traitement, par contre si l’infection est résistance ou si vous faites une pyélonéphrite, l’antibiogramme sera déjà fait!

10 – La question qui tue…: Au secours docteur j’ai un E-Coli dans les urines.

citalopram pas cher vols

Ceux et celles qui me connaissent savent l’intérêt que je porte à l’ail, sur ce site comme sur mon blog, j’ai déjà fait plusieurs articles pour évoquer les nombreuses qualités qu’a cette vénérable plante potagère. ( j’ai placé les liens s’y rattachant en fin d’article)

L’histoire de ma bronchite « stoppée »!

Pendant tout le mois de septembre J’ai séjourné en montagne Bourbonnaise,au cours de cette période j’ai pleinement profité du temps splendide qui y régnait ( une sorte « d’été indien »)

Mais le dimanche matin 04 octobre sur le plateau de la Verrerie à 1000m d’altitude ( image satellite Google, photo du plateau: là ) la température s’est rapidement refroidie.

Vers les 10 heures je discutais avec deux gars du coin, je pense que je n’étais pas assez couvert, et de ce fait j’ai tout simplement « attrapé froid », c’est-à-dire que j’ai été victime d’un refroidissement qui lui est souvent la porte d’entrée pour: rhumes, grippes, et autres bronchites:1 – 2 - 3.

Au bout d’un moment, j’ai senti une petite douleur sur les deux omoplates, comme je suis assez bavard j’ai continué la conversation, mais le soir venu quand je me suis couché j’ai bien senti que ma douleur dans le dos s’ accentuait de plus en plus.

Je connais bien ces symptômes. car pour moi, ils annoncent la bronchite (j’en ai eu deux, l’une en 1995, l ’autre en 2005,). Ces deux bronchites ont été assez sérieuses (fièvre, toux, expectorations), et toutes ont été soignées par la médecine classique, et elles ont durées au moins un mois.)

Mais depuis quelques années,( bien que l’ail soit à mon menu ), j’ai découvert également que l’ail avait de nombreuses propriétés bactéricides et antibiotiques naturelles, et ce sont ces dernières que j’utilise à ma façon. c’est à dire respirer les vapeurs d’ail au plus près! ( voir ma méthode plus bas dans mon article: Grâce à l’ail. j’ai guéri mon rhume en 72 heures chrono!. et également quelques lignes plus bases. c’est-à-dire le plus près de mes deux narines )

Mon retour dans le Sud était prévu pour le lendemain, il a été respecté. et durant tout le trajet, sur le tableau de bord de ma voiture, j’avais déposé une petite coupelle en plastique ou une gousse d’ail était coupée finement.

Chez moi, j’ai continué « mon traitement », C’est-à-dire en moyenne toutes les 8 heures je coupe en petits morceaux une gousse d’ail et je dépose ces derniers dans ma coupelle, et de temps en temps, surtout lorsque que je renouvelais ma gousse (c’est le moment ou les petits morceaux de l’ail dégagent le plus d’éléments volatiles), je plaçais à ma façon « mon remède »,. le plus près de mes deux narines (photo. remarquerez comment je tiens ma coupelle. sacré P@py va. même la nuit, je déposais ma coupelle à côté de mon oreiller. inutile de vous dire qu’avec l’odeur.. il n’y avait pas de moustiques dans ma chambre ). et ce « régime » a été renforcé par une plus forte consommation d’ail dans mes repas du midi et du soir, en moyenne une demi-gousse à chaque repas. sans oublier d’autres plantes: oignon, persil, romarin, ciboulette, thym ( ce dernier est excellent pour la bronchite soit en assaisonnement ou en tisane, et de la tisane de thym j’en buvais une à deux tasses par jour )

escitalopram 10 mg photos

Par contre, en cas de bronchite sévère, il passera directement par la case antibiotique qui sont les seuls médicaments appropriés à même de lutter contre cette maladie qui n’est pas à prendre à la légère. Une bronchite mal soignée ou pas soignée du tout peut très vite dégénérer en une pneumonie redoutable qui à son tour mettra votre vie en péril. Souvent il vous prescrira un antibiotique à base d’amoxicilline ou érythromycine.

Ne jouez pas avec votre santé en prétextant que ce n’est rien du tout, que vous avez simplement attrapé un mauvais rhume et que dans quelques jours tout ceci sera déjà oublié. Une toux répétée, grasse ou sèche, une respiration sifflante doivent constituer des signaux suffisants pour vous conduire derechef chez votre médecin traitant.

Plus vous attendrez et plus des complications de tout ordre peuvent surgir et engager votre diagnostic vital. Vous n’êtes pas invincibles. Vos poumons sont malmenés à longueur de temps par la pollution présente dans l’atmosphère saturée de particules nuisibles que vous avalez sans même vous en rendre compte.

N’aggravez pas votre cas en continuant à fumer. Ce serait tout bonnement suicidaire. Une infection pulmonaire peut débuter par une simple quinte de toux puis dégénérer très vite en une bronchite ou une pneumonie qui non seulement vous mettra à plat, mais de surcroît, si elle n’est pas traitée avec des antibiotiques puissants, sera à même de mettre vie en danger. Les Médecines alternatives dans la lutte contre le cancer.

DOSSIER OMNIUM N°5 et 6 25 mars 2011.

Plusieurs d’entre-vous, confrontés au problème du cancer pour eux-mêmes ou pour leurs proches, m’ont demandé de consacrer un dossier complet à une information pratique concernant les possibilités des médecines alternatives en matière de lutte contre le cancer en parallèle ou non des méthodes de la médecine institutionnelle (chimiothérapies diverses, curiethérapie, radiothérapie externe, chirurgie). La plupart des patients font malheureusement appel à ces médecines dites alternatives ou complémentaires à posteriori d’un échec des chimiothérapies et donc dans une situation très aggravée la plupart du temps. Alors que ces médecines sont parfois prioritaires plus que complémentaires, compensent les effets secondaires des chimiothérapies et contribuent souvent au succès des thérapies institutionnelles surtout à long terme. Il est grand temps de se poser les bonnes questions et de détenir les bonnes clés sur le plan curatif autant que sur le plan préventif. Quoiqu’il en soit le cancer est l’affaire de tous et de chacun dans la prévention comme dans la guérison et non la chasse gardée du corps médical. C’est pourquoi je vais d’abord consacrer la première partie de ce dossier à une information sur le sujet avant de passer à l’information pratique.

Qu’est-ce que le cancer?

Le cancer est caractérisé par une prolifération cellulaire anarchique incessante et incontrôlée. Cette prolifération anarchique de cellules anormales s’oppose à la prolifération contrôlée, harmonieuse des tissus normaux qui ne se produit que pour réparer les tissus endommagés ou usés. Les facteurs de cancérisation (tabac, alcool, aliments polluants, substances chimiques, radioactivité, vaccins, virus, vieillissement, stress, violences, désespérance etc.) produisent des mutations ou des méthylations (voir dossier omnium n° 3 sur l’Épigénétique) et engendrent l’expression anarchique des oncogènes, gènes impliqués dans la multiplication des cellules et leur différenciation. Les antioncogènes, gènes qui régulent l’activité des oncogènes, peuvent être détruits ou dégénérés par les facteurs de cancérisation ou bloqués par les méthylations. Plus rarement ils manquent de manière héréditaire (transmission de gènes). Par ailleurs, s’il ne fait pas de doute que les maladies cancéreuses sont parfois inscrites dans le patrimoine génétique, ceci ne veut pas dire pour autant qu’elles soient incontournables et fatales. La grande majorité de ces maladies puisent leur cause effective dans d’autres facteurs qui n’ont rien à voir directement avec les gènes comme nous allons le constater dans la suite de cet article. Non seulement il est possible de prévenir les risques mais il est possible de les anticiper quand on les connaît: accompagnement nutritionnel de la grossesse, alimentation de l’enfant, prévention des risques vaccinaux (voir dossier Omnium N° 1 sur les vaccinations), mode de vie, hygiène, environnement affectif et éducation.

Cancer, hérédité et vieillissement naturel:

En grande majorité, les cancers n’ont aucun caractère héréditaire. Ce qui est transmis, par contre, ce sont non seulement les gènes mais surtout les habitudes de vie, les comportements alimentaires, les toxicomanies et les états de conscience négatifs, les stress profonds qui induisent ces maladies. De plus si nous avons hérité de quelques gènes défaillants, la nature nous a gratifié également de gènes correcteurs de ces défaillances qu’il convient de savoir révéler. Elle nous a gratifiés également d’un système immunitaire et d’une flore qui nous protège contre les tumeurs et les virus. Nos lymphocytes nous défendent contre les cancers en les identifiant (marqueurs) puis en les tuant (cellules tueuses). Il convient donc de les stimuler par tous les moyens en cas de cancer. L’activité immunitaire est une activité perfectible, comme beaucoup d’autres fonctions physiques, à condition de s’en occuper plutôt que de la démolir. Dans ce domaine les thérapies les plus subtiles sont souvent plus à même de révéler ce patrimoine défensif que des thérapies lourdes de la médecine institutionnelle. De modestes plantes ou des principes actifs très subtils comme ceux de l’homéopathie peuvent permettre la manifestation de ces gènes correcteurs et de ces potentiels immunitaires. Il en va de même pour les médecines énergétiques comme l’acupuncture ou le « magnétisme » humain. De la même façon la conscience de ce potentiel est très importante et restaure une confiance en soi souvent inexistante, parfois perdue ou démolie par la croyance au déterminisme inexorable de la maladie. La pensée, dans la mesure ou elle détermine la confiance en soi, en la vie et donc en la possible guérison, est déterminante.

Enfin, bien que depuis une vingtaine d’années les cancers chez des enfants ou des jeunes soient en augmentation constante, on peut dire que le cancer est une maladie liée au vieillissement dans la mesure où notre corps, renouvelant sans cesse ses cellules et fabriquant des quantités énormes de matériel génétique, fait de plus en plus d’erreurs de « réplication » avec l’âge. Des erreurs se glissent dans l’ ADN et elles sont de moins en moins bien réparées avec l’âge par nos enzymes de « dépannage ». De même l’activité immunitaire est de moins en moins performante avec l’âge. Il est tout à fait possible d’anticiper cette situation et de vieillir sans accident génétique majeur grâce notamment à l’alimentation et à certaines plantes.