vente nitrofurantoine posologie

février 16, 2013.

bonsoir mon mari a une toux tres seche et tres irrité,il souffre énormément je vient de poser un oignon couper en deux sur sa table de nuit, pour le moment pas de toux;-) pourvus que sa dure. Quelle est la difference entre mettre l’oignon sous le lit ou le mettre sur la table de nuit? Jai bien envie de recouper un autre oignon pour le mettre sous le lit.

février 16, 2013.

Sauf joie la toux est de retourd.:-( jai mit 2 oignons est ce de trop? Comment de temps pres avoir mit l’oignon sa a fait effet?

février 20, 2013.

Bon allez c est parti pour l essai de loignon parcque la apres miel, sirop,vick, brume d oreiller etc… mon doudou de 4 ans n en peu plus il na meme plus la force de toussé sa fait mal a entendre mon mari et deja couché quand il va trouvé un oignon demain dans la chambre du petit il va pensé que je suis completement folle …. allez on attend on verra bien. TOUTE QUESTION MERITE REPONSE.

Comment soigner les infections urinaires?

Comment soigner les infections urinaires?

Le Cranberry (selon l’appelation anglosaxonne) ou Canneberge ou « grande airelle rouge » est une petite baie rouge au goût légèrement amer et acidulé dont plusieurs études ont démontré l’efficacité dans la prévention de la cystite ou infection urinaire.

L’Agence française de sécurité sanitaire des aliments ( Afssa ) a ainsi rendu en 2004 un avis favorable tant sur la sécurité que sur les bénéfices de ce produit.

Beaucoup de femmes souffrent régulièrement d’ infections urinaires ou cystite à répetition. Pour traiter ces désagréments, les médecins préscrivent généralement des antibiotiques. Or, au bout d’un certain temps, une résistance des bactéries aux antibiotiques peut apparaitre. De même, pour les femmes enceintes, la prescription de la plupart des antibiotiques est généralement non recommandée. A prendre sous forme de gellules, de sachets à dissoudre ou de jus, la prise régulière de cranberry permettrait de prévenir de manière naturelle la récidive.

Jus de cranberry contre l’infection urinaire.

En effet, la poudre de jus de canneberge (Vaccinium macrocarpon) contribue à diminuer la fixation de certaines bactéries E.coli sur les parois des voies urinaires et par conséquent la survenance des infections urinaires.

achat en ligne atrovent

La boulimique n’ose pas dire ce qu’elle veut, ni même sans doute se l’avouer, lorsque ses choix risquent de se trouver en désaccord avec ceux de ses parents (ou du parent qui a le plus d’importance dans son affection). Elle préfère s’enliser dans un morne désespoir, se détruire elle-même et punir ainsi ses parents, par contrecoup.

Dans tous les cas, la part de l’aide psychologique est indispensable. Il faut une personne extérieure à la famille, en dehors des conflits parentaux, à la fois bienveillante, neutre et stable, sur laquelle la boulimique puisse prendre appui. Le passage sera aménagé, facilité, entre l’accrochage à une sécurité trompeuse et la conquête d’une autonomie qui demande du temps.

Dans la boulimie, même si elle est tenace, un facteur joue un rôle favorable: le désir de guérir. Le boulimique est malheureux, la boulimique plus encore: ils demandent qu’on les aide à guérir.

Dans l’anorexie mentale, en revanche, on se heurte à une résistance, car l’anorexique ne veut pas guérir, même si elle affirme le contraire. Le triomphe sur le corps, sur le désir, la pensée de son corps mince, la victoire de l’ascétisme la fige dans son refus. Elle craint, si elle cède, de « retomber » dans l’esclavage du désir de manger, dans la vulgarité d’un corps trop gros. La sollicitude dont elle est l’objet, l’inquiétude de ses parents satisfont son agressivité inconsciente et son désir de puissance.

Ici aussi la psychothérapie est indispensable et doit être de longue durée, mais elle est rendue très délicate par l’absence de transfert, par la peur qu’éprouve l’anorexique d’être manipulée, de se trouver dans une situation de dépendance. D’où les ruptures, les tensions, les crises qui jalonnent les étapes d’un traitement où il faut beaucoup d’expérience. Guerir sans medicament.

Toutes les techniques naturelles pour guérir sans médicaments et sans pollution.

Articles récents.

CHUCK NORRIS contre gadolinium.

boisvert 16 Mai 2018.

A / INTRODUCTION « Chuck Norris contre gadolinium », ceci aurait pu être le titre d’un film de Karaté. Concrètement, cet acteur a du souci avec le gadolinium, car sa femme a eu plusieurs examens I.R.M avec injection de ce produit de contraste radioactif.

Le 80ème organe - L'interstitium.

boisvert 12 Mai 2018.

LETTRE OUVERTE A MONSIEUR BAZIN XAVIER SUR L’INTERSTITIUM Je suis abonné à la lettre « santé-corps-esprit » de Mr Bazin que j’apprécie beaucoup. La dernière m’a beaucoup plu (11/05/2018), car elle permet de synthétiser certaines connaissances sur l’interstitium.

achat en ligne atrovent bricanyl vidal

L’Aotal, un médicament pour aider à l’abstinence alcoolique aurait un effet sur les acouphènes. Des chercheurs brésiliens ont comparé l’évolution des bourdonnements et sifflements d’oreille dans deux groupes de patients traités, soit par la molécule, soit par un placebo. Au bout de trois mois, ce médicament a entraîné une diminution voire une disparition des troubles chez près d’un patient sur deux. Il est maintenant couramment prescrit par les médecins chez les patients souffrant d’acouphène.

Dernière option si rien n’a marché: La chirurgie.

Enfin, lorsque tous ces traitements s’avèrent inefficaces, il y a encore l’option de la chirurgie. Elle permet d’implanter un neurostimulateur qui supprime l’acouphène.

Pour renforcer l’action de ces derniers, il existe des traitements de médecines «douces» qui peuvent s’avérer très efficaces dans la plupart des cas.

D'autres articles du même thème:

34 Responses to Soigner les acouphènes: La liste des différents traitements.

j’ai beaucoup aimé ces articles sur l’acouphène car j’ai des bourdonnements dans les oreilles depuis un an et je ne sais pas qui faire. Merci votre recherche, et quelques solutions que vous proposez. c’est dommage que vous ne parlez pas l’asthme, car j’aurais aimer de connaitre s’il existent des soins naturelles de l’asthme. Si vous connaissez des blocs sur l’asthme, je suis preneuse.

Merci En ce qui concerne l’asthme, j’y penserai pour de prochains articles.

l’acouphene fait elle des vertiges!merci.

depuis 6 mois mon acouphene permanent des 2 oreilles m’entraine maux de tete ….. Apres un IRM,pas de solutions si ce n’est un appareillage auditif. J’attend un message ” comment en guérir ” Merci.

Merci pour ces articles sur accouphere depuis 3 ans j’ai des bourdonnement dans les oreilles maintenant il y a des médicament je vais voir mon médecin.

osu acheter atrovent forum

acheter atrovent en france pas cher

Nous l’avons vu en France l’échinococcose progresse sensiblement ( voir sa progression comparatif 1998/2004, ainsi que la répartition des cas humains en France de 1982 à 2000) agriculture /gouv.fr, autre source: là.

Avec toutes ces information mon article n’a pas vocation à faire peur, mais il est juste un signal d’alarme, à chacun de prendre ses responsabilités.

Pour ce qui est de l’utilisation de thym,. j’ai relevé les inscriptions d’un bouquet de thym vendu dans le commerce: « Parfaitement naturelles, les herbes aromatiques sont cueillies dans les collines provençales, au coeur d’un terroir sauvage naturellement protégé, selon une récolte traditionnelle, la coupe à la faucille. »

Bon. pas de panique, pour ce qui me concerne comme le parasite est détruit à la cuisson ( voir plus bas ) dorénavant ma tisane ne sera plus infusée, mais bouillie pendant 2 mn environ, les baies et plantes sauvages ( myrtilles mûres, framboises et fraises en confitures, et les pissenlits seront consommées en soupe ( comme les orties )!

Recommandations: Éviter de consommer des légumes crus provenant de jardins accessibles à des renards ou des fruits sauvages crus provenant d’un endroit potentiellement souillé par des renards infectés: le lavage ne suffit pas: il faut absolument les cuire avant de les manger (conditions de cuisson: 10’ à 60°C, 5’ à 70°C ou 1’ à 100°C; la congélation domestique (-18°C) est sans effet).Source.

Quand j’ai cueilli mon thym, j’ai pu apprécier le calme et la beauté du paysage, alors comme nous vivons de plus en plus dans un monde de brutes, avec quelques courtes vidéos je vous offre quelques secondes d’ambiance nature qui règne au vallon du Reydissard ou de temps en temps après les pluies des petites cascades provisoires se forment. cliquez: 1 - 2 - 3 – 4. et appréciez le murmure de la nature:1 – 2.

liens de mes deux articles cités plus haut!

Ce qui est intéressant dans ces deux articles, ce sont les nombreux liens que j’ai placé, en cliquant dessus je pense que certains d’entre vous seront surpris d’apprendre les nombreuses propriétés de cette bonne plante potagère.

L’ail débarque à l’hopital: Doctissimo.

L’ail est un antioxydant naturel,résultats Google.

Les antioxydants sur Wikipédia.

vente atrovent nasal spray

achat atrovent en ligne canada

La teigne du cuir chevelu peut se propager d'un enfant à un autre, lorsque les enfants partagent notamment des chapeaux, des peignes, des brosses,.

La teigne du corps peut quant à elle se propager par les serviettes, les vêtements ou les équipements sportifs. L'hygiène personnelle est importante pour prévenir la propagation de la teigne.

Notons enfin que les chiens et les chats peuvent être infectés par la teigne et peuvent le transmettre à l'homme par contact direct.

Quels sont les symptômes de la teigne?

Comme nous l'avons vu, la teigne peut concerner les cheveux ou le corps. Dans les deux cas, les symptômes de la teigne peuvent varier. Nous vous proposons donc ci-dessous, la liste des principaux symptômes de la teigne selon qu'elle concerne les cheveux ou le corps.

Teigne du cuir chevelu.

Les cheveux sont secs et cassants Perte de cheveux par plaques Démangeaisons sévères du cuir chevelu Cercles rouges sur une peau écailleuse avec de petites cloques.

Teigne du corps.

Cercles rouges sur une peau écailleuse avec de petites cloques Démangeaisons intenses.

Si vous constatez une infection de la peau sous forme d' anneaux rouges sur la peau, accompagnée de démangeaisons de la peau ou du cuir chevelu + une éruption de boutons/cloques et/ou une perte de cheveux, consulter immédiatement un médecin.

Diagnostic de la teigne.

osu acheter atrovent forum

atrovent pas cher vol algerie

Peut-être pourriez-vous organiser une petite retraite, quelque part (ce qui bien évidemment ne signifie pas que vous devrez vous isoler)? Vous devriez vous accorder un peu de temps pour réfléchir.

Essayez, même si le coeur n’y est pas, de vous mettre en action, de sortir, de voir du monde.

Et si je puis me permettre… vous avez malgré tout eu le courage de partager votre ressenti. N’est-ce pas déjà là une évolution? Cela ne montre-t-il pas votre volonté de vous en sortir? Personnellement, c’est ce que je pense!

N’hésitez donc pas à poser vos sentiments sur le papier, à vous extérioriser. La joie de vivre n’apparaît pas d’elle-même, elle se provoque!

Bon courage à vous et à bientôt!

D Daniela a écrit.

Bonjour à toutes et à tous, Tout d’abord, je remercie infiniment toute l’équipe pour l’élaboration de ce site. Depuis que je suis tombé dessus à la recherche d’une « solution » d’une « porte de sortie » j’ai découvert que je n’étais pas seule! Nous avons tous vécu des choses différentes et avons des manières différentes de voir les choses, mais je me suis néanmoins retrouvée dans les témoignages de plusieurs personnes.

Voici mon histoire:

Je n’ai que 20 ans et je suis encore aux études (ce qui me demande beaucoup de temps, d’investissement et surtout de concentration ce dont je ne suis plus capable), je suis atteinte maintenant depuis 8 moins de rhumatismes inflammatoires de type polyarthrite. J’ai suivis 2 traitements qui ne m’ont pas aidé et qui ont surtout empiré mon état psychologique depuis peu je suis un nouveau traitement donné par une docteur pratiquant la médecine environnementale. Le traitement consiste en une prise d’antibiotiques et un régime alimentaire très restreint pendant 3 mois. J’ignore si ces derniers derniers éléments aggravent ou non mon état psychologique. C’est une possibilité à envisager, mais ai-je le choix si je veux guérir de ces rhumatismes? Ces derniers éléments ne m’aident pas à combattre le mal, ce poids qui m’entraîne toujours plus bas. Tous les jours je me répète des paroles réconfortantes, j’essaie d’y croire, de croire que j’ai en moi plus que cette seule personnalité dépressive, croire que je ne resterais pas toute ma vie comme ça, je me force à prendre des initiatives, je me force à aller de l’avant. Je pense que se dire qu’on voudrait retourner en arrière, comme c’était avant, n’est pas la bonne façon de voir les choses. Selon moi nous ne sommes pas dans cet état pour rien, c’est une accumulation de petites choses qui font que l’on plonge. Il faut les changer, il faut réussir à voir les choses autrement. Je connais maintenant plusieurs théories menant à la guérison, mais il m’est très difficile de les appliquer. Comme a dit Jean-Baptiste, c’est un problème au niveau du passage à l’action, il est difficile de sortir de ce mal-être qui est finalement la seule chose que l’on connaît. Pour ma part, je n’ose pas prendre de décisions incluant des changements drastiques. Par exemple je ne suis plus sûre quant à ma formation universitaire. Mais je n’ose pas arrêter maintenant, je veux finir ce que j’ai commencé, je ne veux pas avoir perdu des années, arrêter maintenant sans avoir de diplôme. Mon copain s’est éloigné de moi, il veut me laisser du temps pour remonter la pente. De plus il le vit très mal et ne sait plus quoi faire pour m’aider. Il en a beaucoup souffert, il était vraiment à bout et m’a dit: « je ne peux pas continuer comme ça, je veux vraiment que tu ailles mieux, mais je sais plus quoi faire ». Nous avons alors pris la décision de mettre en pause notre relation, cela ne fait maintenant que 2 semaines, deux semaines sans nouvelles, sans soutien, sans sa présence. J’en souffre aussi, mais je ne veux pas revenir sur ma décision, gérer mon couple était devenu une source de tension, de frustration et de tristesse plus que de soutien. Je garde néanmoins cette peur qu’il ne revienne jamais. Peur dont je sais pertinemment que je dois me débarrasser, car elle ne m’apporte rien que du mal. J’essaie de me forcer à avoir confiance en l’avenir: avec ou sans lui, ça se passera bien. Et puis ce qui importe ce n’est pas le retrouver, mais aller mieux. Cependant je me demande s’il n’y avait pas un autre moyen, mais je n’ose pas lui demander plus de soutien comme Jean-Baptiste a fait. Au niveau du sport ce n’est pas terrible. J’ai pratiqué dès l’âge de 6 ans de la gymnastique artistique, ma maladie m’a fait tout arrêter et j’en souffre beaucoup. D’autant plus que je ne parviens pas a couper les ponts, car on a besoin de moi dans le club, je coache un groupe de 6 filles qui comptent sur moi. J’ai récemment décidé de tenter un autre sport: l’escrime, j’ai toujours été fascinée par le combat, mais je n’ose pas téléphoner au club, je ne sais pas si j’arriverai à entrer dans un autre monde comme ça. Je sombre également peu à peu dans le sommeil, seul moment où l’angoisse n’existe plus. Je dors de plus en plus et suis de plus en plus fatiguée, c’est terrible de tenir la semaine. J’ai des crises d’angoisse récurrentes qui me font totalement perdre les moyens. Quand cela m’arrive, je ne suis plus capable de rien, je respire péniblement et par halètement. Mes mouvements deviennent saccadés, mes mains s’accrochent péniblement à ce qu’elles trouvent, il m’arrive de me griffer tant mon besoin d’extérioriser est grand. Je pleure de façon continue et cela peut durer des heures. Et je pleure même en temps normal, tout m’émeut, et chaque fois que j’en parle je finis en pleurs. Je suis très entourée par mes amies dont l’une d’entre elles vit quelque chose de similaire, cependant cette dernière prend des antidépresseurs ce que je ne fais pas. J’ai recommencé à suivre une psychothérapie (j’avais déjà eu des symptômes dépressifs il y a deux ans) depuis le début de ma maladie (polyarthrite), cela m’aide un peu, mais je sens que je dois prendre les choses en main personnellement. Et c’est là où ça coince, il me manque le déclic pour me lancer! Je me trouve mille excuses et ne change jamais rien! Je pense que c’est là le plus gros problème une fois qu’on est atteint de dépression. On n’a pas la force de s’en sortir.

Voilà mon texte est un peu décousu et je m’en excuse, je voulais juste partager ce que je vis. Et remercier les nombreuses personnes qui ont posté un commentaire dans lequel je me suis reconnue et qui m’a apporté de l’espoir. Amicalement,

D Depnono a écrit.

achat atrovent bricanyl 5mg

achat en ligne atrovent bricanyl vidal

Les médecins sont conscients de cela, mais la plupart des patients continuent à prendre ces médicaments sur une base permanente.

Malheureusement, il n’existe que peu d’études (elles ne sont pas publiques?!) pour déterminer quels sont les effets à long terme de ces médicaments sur le corps humain.

On peut se demander comment le corps humain digère et assimile les aliments correctement sans acide dans l’estomac. Comment un organisme reste en bonne santé sans une bonne digestion de la nourriture? Est-ce bien naturel?

J’avais l’habitude de souffrir de reflux acides aiguë. Une pilule magique et hop merci seigneur, ça passe. Puis je suis devenu accro aux IPP… Après plusieurs années, mon état a empiré et j’ai du doubler la dose.

J’ai commencé à me sentir paresseux et fatigué. Ma vision à déclinée et ma tension artérielle a battu ses records.

J’ai réalisé qu’il s’agissait sans doute des effets secondaires des ipp. J’ai fait quelques recherches et découvert qu’il y avait des centaines de possibilités d’effets secondaires nocifs:

Maux de tête, diarrhée, nausées, douleurs abdominales, bouche sèche, constipation, distension abdominale, douleurs à la poitrine, anémie, réactions allergiques, l’hypertension, tachycardie, goitre, acouphènes, œdème facial, dépression, vertiges, hypertonie, cystite, migraine, œdème de la langue, impuissance, insomnie, gastrites, pour ne nommer que les principaux effets secondaires!

Selon la Food and Drug Administration américaine (FDA) la prise « à hautes doses et à long terme » d’un inhibiteur de la pompe à protons (IPP) augmente le risque de fractures de la hanche, du poignet ou des vertèbres dorsales: Les notices de conditionnement doivent le mentionner aux USA.

Ce que je veux dire, qui a besoin d’insomnie?, de nausées, d’hypertension ou douleurs abdominales? Bon sang!

Je savais que je devais arrêter de prendre ces médicaments! Mais quand j’ai essayé, la production d’acide, qui avait été inhibée depuis si longtemps, est devenue comme folle, produisant plus d’acide que jamais. Je n’ai jamais tant souffert dans ma vie… (sauf de la sciatique)

Même l’eau m’a donné une indigestion. Mon médecin m’a suggéré de reprendre les IPP. Il n’avait pas d’autres conseils à me donner.

Je me suis déterminé à trouver des solutions. J’ai commencé des recherches approfondies sur le sujet et découvert des choses très intéressantes.

atrovent pas cher france canada hockey

osu acheter atrovent forum

Attention 1 ml =1000 mm3.

Résistances aux traitements.

L’objectif thérapeutique est de maintenir les marqueurs précités aussi proches que possible des limites ci-dessous:

CV 350 voire 500.

Ces vérifications sont effectuées en début de traitement environ tous les trois mois puis tous les six mois.

Si les valeurs « décrochent » de manière substantielles, c’est que la souche virale a muté (la transcriptase inverse n’a pas de moyen de vérifier son travail): il est alors réalisé un nouveau génotypage afin de déterminer une nouvelle thérapeutique. 25 plantes médicinales à connaître.

Paru dans le Guide Ressources, mai 2003.

Utilisez les 25 plantes médicinales les plus accessibles pour soigner.

Se soigner avec les plantes médicinales, c’est un mode de vie. C’est apprendre à connaître ses alliées quotidiennes et ses propres limites dans la gestion de sa santé. Se soigner avec les plantes médicinales, c’est un mode de vie. C’est apprendre à connaître ses alliées quotidiennes et ses propres limites dans la gestion de sa santé. Dans cette optique, il ne faut pas attendre d’être très malade pour se soigner mais plutôt choisir la ou les plantes qui aident à rétablir les déséquilibres aussitôt qu’ils se font sentir.

Il n’est pas question ici de remplacer les médicaments par des plantes, mais de parler du soutien qu’elles peuvent apporter au corps dans son processus de guérison. Bien qu’il soit difficile de faire une sélection, j’ai choisi 25 plantes polyvalentes et facilement disponibles, quelques-unes faisant même déjà partie de nos cuisines! Cette façon de faire rétablit et dynamise notre relation intime aux richesses que la Terre nous offre, en plus de nous redonner un sentiment d’autonomie envers notre propre santé. En accord avec les principes soutenant la santé de la Terre, des plantes elles-mêmes et de la nôtre en bout de ligne, je vous suggère de choisir des produits d’herboristerie traditionnelle de culture biologique. Il s’agit de plantes transformées de façon simple, à l’aide de solvants alimentaires non toxiques et dont les matières premières jouissent d’une vitalité remarquable. Vous trouverez d’ailleurs toutes les plantes mentionnées dans cet article chez les herboristeries traditionnelles québécoises. Par ailleurs, au fil de votre lecture, vous remarquerez que bon nombre de plantes médicinales possèdent plus d’une vertu. C’est là la magie de l’herboristerie. vous remarquerez que bon nombre de plantes médicinales possèdent plus d’une vertu. C’est là la magie de l’herboristerie Chaque personne développe ses propres affinités avec les plantes, chacune ayant plusieurs usages possibles. Ceci fait aussi en sorte qu’il est difficile d’établir des catégories bien précises des meilleures plantes. En vous renseignant un peu, vous verrez que chaque herboriste a ses plantes préférées. En lisant sur les plantes, vous ferez vous aussi vos propres découvertes!

osu acheter atrovent forum

La cystite de manière générale est causée par une mauvaise hygiène des organes génitaux. Elle se manifeste par des picotements ou des douleurs au bas ventre chez la plupart des individus. Pour d’autres, ce sont des brûlures en fin de miction qui caractérisent la maladie. Dans les cas les plus complexes, la cystite se manifeste par des saignements ou des contractions souvent insupportables. Il est alors urgent de penser à un traitement cystite pour éviter ces complications qui peuvent être désastreuses.

Quels sont les traitements appropriés?

Pour soigner une cystite, il existe différentes solutions médicales et naturelles. Parlant du traitement médical classique, il est lié à l’usage d’antibiotiques ou d’anti-inflammatoires prescrits par votre médecin. Ce traitement est indiqué pour les cas de cystite aigüe. En cas de cystite récidivante, une alcalinisation des urines est généralement imposée. En d’autres termes, des médicaments contenant du citrate de sodium ou du bicarbonate de soude sont prescrits au sujet.

En ce qui concerne le traitement naturel, la phytothérapie est la meilleure solution. Ce type de traitement est surtout conseillé aux femmes enceintes et aux personnes ne supportant pas la composition de certains médicaments. Il s’agira, dans ce cadre, de consommer de la tisane de prêle, de la tisane de busserole ou encore de la tisane d’ortie. Notons toutefois que le remède naturel le plus efficace et le plus connu pour la cystite demeure la canneberge! En effet, ce fruit est un antioxydant qui contient de la proanthocyanidine qui permet d’éviter la fixation des bactéries provoquant la cystite au niveau des parois de la vessie. Ainsi, en consommant un demi-litre de jus de canneberge par jour ou en consommant le fruit de canneberge frais, vous pouvez efficacement assurer un traitement cystite infectieuse.

Précisons toutefois qu’en cas de cystite interstitielle, aucun traitement efficace n’est encore connu.

Mesures préventives.

Parmi tant d’autres conseils préventifs, les plus importants sont d’éviter de porter des vêtements trop serrés (surtout en été) et de boire suffisamment d’eau par jour (1,5 L d’eau au minimum).

De même, l’observance de certaines règles d’hygiène est nécessaire pour limiter les risques. Ainsi, il est important d’assurer une toilette correcte des organes génitaux quotidiennement et chaque fois après un passage aux toilettes.

Aussi, évitez de retenir votre urine ou de faire des pauses en pleine miction. Par ailleurs, il est également recommandé d’uriner après chaque rapport sexuel afin de réduire les risques de cystite, notamment chez les femmes.

Quelques données statistiques.

La sistite (orthographe pratiquée par certains) touche cinquante fois plus les femmes que les hommes. Il existe une explication physiologique simple à cela; en effet, leur urètre étant plus court, la contamination de la vessie est plus aisée.

En France, une femme sur deux développera ce type de trouble au moins une fois dans sa vie. De plus, 2 à 3% des femmes adultes présentent l’infection plusieurs fois par an, c’est dans ce cas qu’elle peut s’avérer dangereuse.

L’âge influence également l’apparition du trouble: les enfants sont ainsi très rarement touchés (de 2 à 7% des enfants de 6ans ont présenté un trouble de ce genre) alors que les personnes âgées présentent un risque 10 fois plus élevé que les adultes de 20 à 50 ans.

Remarquons que chez les femmes, la grossesse décuple le risque de voir apparaître une cystite.

Qui consulter?

atrovent pendant la grossesse

s stéphanie a écrit.

je suis la fille d’une personne dépressive, « bi-polaire ». Le déclencheur, si on peut parler de cela, a été le suicide de son frère. Depuis, chaque trois ans, elle arrête son traitement, ne s’alimente plus et commence à « entrer » en crise. Après, elle va « mieux ». Elle est allée bien pendant trois ans. Là, en l’espace de deux mois, elle a été hospitalisée deux fois 15 jours (une fois avec son accord, et l’autre où nous avons été obligé de demander son internement). Actuellement, depuis une semaine, elle « replonge » alors qu’elle est venue passer trois jours chez moi avec mon papa et qu’elle allait bien (envie de sortir marcher, de voir du monde…). Je ne comprends pas et je commence à être épuisée car même si je sais qu’elle est malade, c’est difficile d’un point de vue physique, mental et nerveux. Je suis au bord de craquer nerveusement. Je pense à elle et à mon papa qui fait tout ce qu’il peut mais on est démuni vraiment.

J Jean-Baptiste a écrit.

La situation semble en effet difficile. Cependant, j’avoue être assez étonné par la notion de « cycle » qui semble toucher votre maman. Est-elle consciente de son état? Peut-elle parler de son mal-être? Comment se dernier se matérialise-t-il? Ce qui paraît étrange, étant déconnecté de votre réalité, c’est le côté intentionnel de la manoeuvre.

J’imagine que vous avez lancé le dialogue… comment se dernier évolue-t-il? Si vous ne vous sentez pas bien, la priorité est de ne pas culpabiliser. Ce n’est pas de votre faute, et si vous voulez prendre du temps pour vous, c’est tout à fait naturel.

Quoi qu’il en soit, n´hésitez pas à continuer l’échange pour affiner le dialogue, je serais heureux de pouvoir partager avec vous.

Bonjour à tous, Je suis tombé sur le blog par hasard car comme tous je cherche des solutions, j’ai d’ailleurs été surprise de lire des témoignages aussi poignants, et bien écrits. Je suis déprimée depuis au moins 2 ans maintenant, je n’ai jamais pris de médicaments mais j’ai suivi deux thérapies, sans réel effet. Je vivais à l’étranger depuis des années, j’ai attribué mon mal être en partie au fait d’être loin et de culpabiliser de ne pas être avec ma famille, d’être toujours en train de me demander si je voulais rentrer ou non… Je suis donc rentrée, depuis un an bientôt, j’ai trouvé du travail tout de suite, une chance, mais j’ai été confrontée à une mission très difficile alors que j’étais encore fragile. Et là je ne sais plus quoi faire, mon copain vit toujours à l’étranger et veut me rejoindre mais je ne l’incite jamais trop à le faire car je ne suis pas plus heureuse ici, j’ai peur de me planter, et surtout surtout j’ai peur de ne plus jamais aller bien. J’ai essayé beaucoup de choses, thérapie yoga méditation puis repartir de zéro… je ne vois pas comment je pourrai aller mieux et je sens que je perds l’intérêt pour les choses. Je sais que vous avez vécu ceci avec votre compagne, j’aimerai savoir ce qu’elle a fait pour s’en sortir et comment vous réussissiez à faire des projets communs pendant cette periode. Merci de m’avoir lu, et je souhaite de tout coeur que chacun trouve sa solution car je déteste l’idée d' »années de perdues », la vie est pourtant si chouette, je ne comprends pas pourquoi on souffre autant.

J Jean-Baptiste a écrit.

Je tiens tout d’abord à vous remercier pour votre intervention. Ce qui en découle le plus, c’est un mot: peur. Peur du changement, des obstacles, de l’évolution… voilà qui est naturel, même si toujours paralysant.

À ce niveau, il faut être capable d’effectuer un véritable travail sur soi pour comprendre que le seul moyen d’être heureux est en fait de le vouloir, d’oser faire ce qui est en notre pouvoir pour atteindre l’apaisement.

À titre personnel, je suis une personne dynamique, et c’est sans doute comme cela que j’ai pu remotiver la personne avec qui je vivais à l’époque. Hospitalisée, je suis allé la voir tous les jours et ai commencé avant même sa sortie à planifier des activités.

Je me suis investi dans ses relations familiales, dans ses études (elle étudiait le cinéma, j’ai donc assister à d’innombrables diffusions de films, à des pièces de théâtre, des cours, des expositions…) en reniant pour un temps mes loisirs.

Le but était de lui montrer qu’elle avait une épaule, une personne toujours là pour elle. Petit à petit, la situation s’est améliorée, jusqu’à ce qu’elle retrouve goût à la vie (à travers la pratique du théâtre notamment. Très timide, cela lui a permis de sortir de sa coquille).