atrovent 500 mg /2 ml

Les crises hémorroïdaires sont une souffrance au quotidien pour les personnes qui en sont victimes. Je le sais, car j’ai vécu comme vous ces souffrances durant de trop longues années. Pourtant, il existe un certain nombre de moyens pour soulager les hemorroides, ou au moins prévenir les douleurs.

Au delà des premiers réflexes à adopter en cas de crise hemorroide, il convient de dresser la liste ultime des initiatives que vous devriez prendre pour minimiser la douleur et les chances de récidive.

Soulager hemorroides: les 14 réflexes à adopter!

1 – Respectez une hygiène anale impeccable.

Cela semble une évidence mais il est important de rappeler que la zone enflammée ne doit pas se transformer en zone infectée. Pour cela, respectez une hygiène anale de chaque instant.

2 – Faites des bains de siège.

Ils sont un moyen de diminuer vos douleur tout en assurant une hygiène indispensable.

3 – Appliquez du froid sur vos hémorroïdes.

Appliquez sur la zone anale de la glace contenue dans une serviette et répétez plusieurs fois par jour.

4 – Évitez les positions douloureuses.

Changez régulièrement de position, pour ne pas rester assis ou debout de longues heures.

5 – Portez des vêtements sans frottements.

acheter prednisolone 20mg effet indesirable

L’alcoolisme est une maladie complexe.

Contrairement à un cancer, une grippe ou une fracture, il est impossible d’établir un diagnostic tranché, d’observer clairement la présence d’un trouble à l’aide d’une prise de sang, d’une radio ou d’un scanner.

Si le diagnostic est rendu si complexe, c’est que la dépendance intervient sur différents plans, psychologiques et médicaux, qui sont interconnectés et se nourrissent l’un et l’autre.

L’alcool peut être dangereux même sans alcoolisme.

Même si l’on considère souvent qu’une consommation devient problématique à partir de trois verres par jour pour un homme (deux pour une femme), on ne peut pas définir de manière aussi catégorique si une personne est alcoolique ou non juste en calculant sa consommation quotidienne.

Une personne devient alcoolique lorsque sa consommation n’est plus contrôlable ou qu’elle a des effets négatifs sur sa vie sociale, familiale ou professionnelle.

Le rôle d’écoute du médecin ou du psychologue est donc fondamental.

La consommation d’alcool prolongée peut également avoir des effets irréversibles sur la santé sans que le patient ne soit pour autant entré dans une dépendance à l’alcool.

Boire régulièrement peut notamment contribuer à l’apparition de certains cancers, de cirrhoses, de troubles digestifs ou encore de problèmes neurologiques pouvant affecter la mémoire ou l’équilibre.

Quand la dépendance s’installe.

prednisolone sod phos 15mg 5ml sol pour les nourrissons

Les informations données sur ce site ne sauraient engager l’auteur et ne sont données qu’à titre informatif. Aussi, consultez un professionnel de la santé pour toute question concernant l' urticaire.

Forum Urticaire et Témoignages.

Nous vous proposons de laisser vos commentaires ci-dessous. Peut-on sortir de la dépression sans prendre de médicaments.

Par La rédaction d'Allodocteurs.fr.

Rédigé le 10/12/2013, mis à jour le 11/12/2013.

Peut-on sortir de la dépression sans prendre de médicaments?

"Je pense qu'il est rare de sortir de la dépression sans prendre de médicaments. Mais a priori cela peut arriver.

"Pour les enfants, le cerveau est très plastique, la régulation émotionnelle est probablement plus affûtée. Chez les enfants, probablement que pour premier mouvement dépressif ou certaines réactions émotionnelles qui comportent des symptômes dépressifs, si les enfants sont bien pris en charge, avec une écoute, un aménagement de l'environnement ils peuvent éventuellement s'en sortir sans prendre de médicaments mais sinon cela est rare. En Occident, en 2013, la dépression maladie se soigne avec des médicaments."

En savoir plus sur la dépression. Guerir sans medicament.

Discutez de vos problèmes de santé mentale avec votre médecin et découvrez comment vous débarrasser des symptômes de dépression, d’anxiété, de phobies, de peurs, de sentiments de désespoir, d’impuissance et de vide.

Qu’est-ce que la dépression?

Qu’est-ce que l’anxiété?

vente prednisolone suisse vente libre

achat prednisolone 20mg teva

Nous l’avons vu en France l’échinococcose progresse sensiblement ( voir sa progression comparatif 1998/2004, ainsi que la répartition des cas humains en France de 1982 à 2000) agriculture /gouv.fr, autre source: là.

Avec toutes ces information mon article n’a pas vocation à faire peur, mais il est juste un signal d’alarme, à chacun de prendre ses responsabilités.

Pour ce qui est de l’utilisation de thym,. j’ai relevé les inscriptions d’un bouquet de thym vendu dans le commerce: « Parfaitement naturelles, les herbes aromatiques sont cueillies dans les collines provençales, au coeur d’un terroir sauvage naturellement protégé, selon une récolte traditionnelle, la coupe à la faucille. »

Bon. pas de panique, pour ce qui me concerne comme le parasite est détruit à la cuisson ( voir plus bas ) dorénavant ma tisane ne sera plus infusée, mais bouillie pendant 2 mn environ, les baies et plantes sauvages ( myrtilles mûres, framboises et fraises en confitures, et les pissenlits seront consommées en soupe ( comme les orties )!

Recommandations: Éviter de consommer des légumes crus provenant de jardins accessibles à des renards ou des fruits sauvages crus provenant d’un endroit potentiellement souillé par des renards infectés: le lavage ne suffit pas: il faut absolument les cuire avant de les manger (conditions de cuisson: 10’ à 60°C, 5’ à 70°C ou 1’ à 100°C; la congélation domestique (-18°C) est sans effet).Source.

Quand j’ai cueilli mon thym, j’ai pu apprécier le calme et la beauté du paysage, alors comme nous vivons de plus en plus dans un monde de brutes, avec quelques courtes vidéos je vous offre quelques secondes d’ambiance nature qui règne au vallon du Reydissard ou de temps en temps après les pluies des petites cascades provisoires se forment. cliquez: 1 - 2 - 3 – 4. et appréciez le murmure de la nature:1 – 2.

liens de mes deux articles cités plus haut!

Ce qui est intéressant dans ces deux articles, ce sont les nombreux liens que j’ai placé, en cliquant dessus je pense que certains d’entre vous seront surpris d’apprendre les nombreuses propriétés de cette bonne plante potagère.

L’ail débarque à l’hopital: Doctissimo.

L’ail est un antioxydant naturel,résultats Google.

Les antioxydants sur Wikipédia.

prednisolone 20mg posologie

générique pour l'acétate de prednisolone

Puis tandis que les mâles meurent, les femelles elles se mettent à pondre des œufs (3 à 5 par jour) tout en se déplaçant de 1 à 2 centimètres par jour dans l'épaisseur de la peau, formant ainsi de petits sillons. C'est le début d'un cycle qui va durer une vingtaine de jours. Responsables des symptômes de la maladie, les femelles vont rester là durant toute leur vie, soit deux à trois mois. Pendant ce temps, les œufs se développent et éclosent au bout de quelques jours.

Ils libèrent alors des larves qui deviennent adultes en deux semaines. De là, les individus remontent à la surface de la peau où c'est à leur tour de s'accoupler: un nouveau cycle s'amorce et les parasites se multiplient. Généralement, les sillons abritent entre 5 et 15 sarcoptes adultes mais ce nombre peut être plus important.

À lire aussi.

La gale étant une maladie qui touche la peau, les symptômes vont essentiellement apparaitre au niveau de l'épiderme sous forme de démangeaisons et de lésions.

Symptômes: comment reconnaître la gale?

Ce sont les femelles sarcoptes qui sont responsables de l'apparition des premiers signes de la gale. Lorsque celles-ci ont été fécondées, elles vont pondre des oeufs tout en creusant des sillons dans l'épiderme, ce qui va provoquer l'apparition d'intenses démangeaisons. Généralement, c'est le soir au coucher et la nuit qu'elles sont les plus fortes. Particulièrement gênantes, elles peuvent aller jusqu'à causer une insomnie chez le malade.

Au fur et à mesure que les parasites se multiplient, les lésions qui étaient invisibles durant les premiers jours, vont commencer à apparaître. Elles se manifestent sous la forme de marques rosées et longilignes (sorte de tunnels) qui s'étendent sur quelques millimètres. Mais de petites taches à la base rosées et translucides (sorte de perles), qui sont caractéristiques de la maladie, peuvent aussi apparaître sur la peau. Le grattage de ces lésions qui causent de vives démangeaisons peut conduire à l'apparition de croûtes.

Des localisations particulières.

Dans certains cas, la peau peut également réagir à l'infestation par un urticaire ou un eczéma. Le plus souvent, les lésions apparaissent entre les doigts, sur la face antérieure des poignets, aux plis des coudes, sous les aisselles, à la ceinture, sur la face interne des cuisses ou sur la partie inférieure des fesses. Chez les femmes, elles peuvent aussi se manifester au niveau de l'aréole des seins et chez les hommes, au niveau du gland.

D'autres localisations sont possible mais plus rares. Chez le nourrisson ou le jeune enfant, les lésions sont souvent visibles au niveau de la paume des mains et des pieds. Chez les personnes immunodéprimées et les personnes âgées, elles sont plus étendues et situées plus généralement au niveau des extrémités. Sauf chez ces personnes, les lésions de la gale n'apparaissent le plus souvent ni dans le dos ni sur le visage.

Si la gale n'est pas traitée, les lésions vont continuer de progresser. Avec des démangeaisons de plus en plus intenses, le risque de grattage est plus important, ce qui peut conduire à des plaies et saignements. Le risque de surinfection est alors également plus élevé.

La gale est une maladie très contagieuse qui se transmet par contact direct avec une personne infectée mais aussi dans de plus rares cas, par contact avec des objets contaminés.

achat prednisolone zentiva posologie

prednisolone 20mg posologie

Mon parcours erratique, à rebondissements, est une prise de conscience sur la réalité de la maladie dont je suis l’auteur inconscient. Cela a été une découverte d’erreurs sur ma représentation de la vie humaine qui me l’a fait rejetée, car pathologique, et l’adoption d’une autre représentation qui non seulement m’a guéri, mais m’a fait renaître à la vie! Une deuxième vie, en quelque sorte, beaucoup plus harmonieuse et qui pourrait me conduire au bonheur. Je continue d’intégrer de nouveaux principes élaborés à partir d’intuition personnelle ou de textes élaborés par des auteurs (Jalenques, Reuter…) que j’intègre dans mes convictions profondes.

Réflexions sur la guérison en général:

Comme je l’ai déjà dit: Pour moi, la guérison (des grandes dépressions) passe par une remise en cause totale de sa représentation de la vie. Ceci est corroboré par des auteurs. Mais c’est un parcours personnel où tout peut marcher dès lors qu’on s’investit. Techniques, méthodes ou thérapeutes ne sont que des outils. C’est chacun son chemin et ses outils.

En dehors des médicaments qui sont parfois salutaires, je vois à peu près la guérison comme ceci: 1°) on se vide de tout 2°) on constate qu’on s’est trompé 3°) on repart sur d’autres bases.

1°) On se vide de tout: (ça se passe chez le psychologue généralement): on raconte tout comme ça vient, en vivant les émotions. On peut dire aussi que la dépression est la maladie des émotions. Quand il en vient une, on la vit la plus intensément possible, c’est le meilleur moyen de la faire partir. (je ne suis pas un ennemi d’autres thérapies comportementales, rebirth, reiki ou autres, peu importe, c’est l’investissement qui compte plus que la méthode )

2°) On constate qu’on s’est trompé (ça se passe dans la tête), on découvre qu’on est tour à tour victime ou bourreau de soi-même et des autres, sans même s’en rendre compte.

3°) 3°) On repart sur d'autres base, on voit juste:

Est borgne celui qui voit le verre à moitié plein Est borgne aussi celui qui voit le verre à moitié vide Est clairvoyant celui qui voit le plein et le vide: Le positif comme Le négatif de la vie!

On accepte ce sur quoi on ne peut agir! C’est à dire tout ou presque! On accepte l’amour quand il est là, on accepte aussi quand il n’est pas là, car l’amour est libre! Nous avons tous des besoins affectifs énormes, il faut l’accepter, comme il faut accepter le fait qu’on ne peut pas toujours les assouvir. On se détache de tout car tout est provisoire, absolument tout. Evidemment on rejette la haine et la jalousie qui sont des poisons mortels. Je sais que les problèmes de communications entre les hommes sont un obstacle permanent au bonheur et cause de grande souffrance. Je sais que je dois aux humains « porteurs d’esprit » une grande compassion. Je sais que je dois m’adapter au monde et que ce n’est pas au monde de s’adapter à moi. Je sais que je ne suis pas en charge de l’humanité.

Je sais aussi que la guérison est un travail qui court toujours et qui va m’amener par étapes successives au bonheur. Guérir n’est en fait qu’une étape.

Exploitation de l’expérience acquise:

J’ai acquis une grande expérience de ces 15 ans de dépression, pour l’avoir vécue moi-même. J’ai effectué un parcours de guérison de plus de six mois (il continue encore) employant des outils d’aide psychologique et faisant in fine une remise en cause de ma vie. Je considère que ma dépression fut à la fois un aboutissement et un nouveau départ. J’ai côtoyé pendant des années les dépressifs, particulièrement à DE où dans l’anonymat d’internet les personnes se livrent peut-être plus qu’ailleurs.

prednisolone 20mg posologie

prednisolone 20mg posologie

Comme une bouteille jetée à la mer… C’est aussi par hasard que je suis tombée sur tous vos témoignages poignants, proches de ce que je peux ressentir au moment même où j’écris ces quelques mots! Et oui c’est en cherchant une solution, la solution miracle que je vous ai lu. Je suis à bout, consciente d’un bonheur immense que la vie m’offre et dont je ne peux profiter. J’enrage, je suis révoltée contre moi même contre cet état et toutes ses émotions que je n’arrive pas et plus à gérer qui m’épuisent et me tuent à petits feux, tous les jours un peu plus. C’est comme si nous étions 2 personnes dans un même corps, l’une joyeuse dynamique, consciente des bienfaits de la vie et l’autre le boulet accroché à la patte, énorme, paralysant, qui nous prive de toutes libertés. Maman de 3 merveilleux petits bouts, un mari aimant mais qui peine à comprendre, on ne peut pas lui en vouloir, je n’y comprends pas grand chose moi non plus. J’ai peur, horriblement peur, ce n’est pas une vie, je souffre mais je fais souffrir aussi. Si une personne bienveillante pouvait m’aider car je suis seule face à cette maladie qui éloigne. Je cherche qui peut m’aider mais il n’y a personne. Et bravo pour vos messages c’est certainement grâce à eux si pour la première fois je me confie un peu autre qu’à moi-même…

J Jean-Baptiste a écrit.

Bonjour Hélène et merci pour votre participation.

Je pense sincèrement que votre réflexe d’écrire ici est le bon. Une simple extériorisation, un partage, permet toujours de se soulager. À ce titre, avez vous pensé à mettre votre ressenti sur papier? La mise en action met en marche une qualité d’analyse plus profonde qui permet de tirer des enseignements en se relisant par la suite.

La première chose à intégrer, c’est qu’il n’y a pas de honte à se sentir comme cela. Les mécanismes de recherche d’aides extérieures sont naturels. J’espère d’ailleurs que ce blog pourra vous permettre de dialoguer et d’expulser tout ce qui peut vous ronger, afin de repartir de l’avant.

Je vous souhaite en tout cas bonne continuation.

H Hélène a écrit.

Merci beaucoup pour votre réponse. Vos mots sont justes, les témoignages très touchants de part la vérité qu’ils dégagent. Pour répondre, oui j’ai pensé et tenté d’écrire mes ressentis mais mes pensées partent dans tous les sens, je ne sais pas comment structurer mes émotions sur papier. Auriez-vous quelques éléments de réponses, une trame à me proposer? Je vais continuer à vous lire, ma première démarche est sans doute la bonne, ce petit exutoire me fait du bien, je ne veux pas lâcher, je veux m’en sortir. Je crois énormément aux bienfaits de remèdes sains (sport…) mais il faut aussi que je puisse m’apaiser et retrouver du plaisir dans ma vie et surtout comme beaucoup une confiance en moi que je n’ai plus depuis longtemps. A très bientôt.

J Jean-Baptiste a écrit.

Peu importe si votre réflexion n’est pas cadrée. En réalité, vous pouvez très bien vous contenter de phrases qui décrivent vos émotions, même si le fond semble décousu.

L’important, c’est que vous puissiez vous libérer, et ensuite revenir sur vos écrits afin de comprendre l’état d’esprit qui se cache derrière.

Notez aussi que je partage complètement votre avis sur les méthodes saines pour sortir d’un tel marasme.

achat en ligne de prednisolone

dans quel cas prendre prednisolone mylan 20 mg

Concernant les symptômes des jambes sans repos: mon symptôme est un engourdissement et le besoin de bouger. Je me suis rendu compte que ces symptômes apparaissent quand je fais de l’exercice suite à un arrêt de quelques semaines (marche). Rita (Rimouski)

Bonjour, je suis la diète avec plaisir et je découvre que ce que je mange goûte meilleur qu’avant. Mille mercis pour cette recherche. Est-ce qu’on peut prendre des protéines de petit-lait, SISU?

Les protéines de petit lait ne sont pas conformes tel que dit à de nombreuses reprises.

Bonjour Madame Lagacé, J’ai eu une greffe de la moëlle osseuse à l’âge de 37 ans,j’ai fait une rechûte à l’âge de 46 ans.J’ai été traitée par les IKT (inhibiteurs de la thyrosine kinase,nouveaux médicaments transgéniques)jusqu’à l’année dernière.Je suis en rémission,j’ai 54 ans.Je vais bien sauf que je suis affligée par une sécheresse gorge,bouche,nez,peau,yeux.Croyez-vous que le régime peut m’aider en décrassant mon corps de la médication qui s’est possiblement accumulée.Je fais le régime presque depuis 4 mois et la seule différence que j’ai noté est que ma peau du visage grandement améliorée,douce et hydratée.

Je ne peux rien affirmer mais il est possible que de désintoxiquer votre organisme aide au moins partiellement à alléger votre problème.

Bonjour à tous, je suis musicien et depuis un certain temps je souffre au poignet gauche lorsque je joue de la guitare. Un jour, une bosse a poussé sous le pouce au niveau du poignet. Puisque je souffrais d’une déchirure du ménisque au genou gauche, le médecin m’a prescrit des anti-inflammatoires qui ont fait disparaitre la bosse, mais la douleur est toujours présente lorsque je joue. Un ami musicien m’a parlé du gluten est-ce possible? Jean-Robert.

Il est possible effectivement que le régime hypotoxique (sans blé ou céréales apparentées et sans produits laitiers) puisse vous aider à vous débarrasser de votre douleur.

Bonjour Madame Lagacé, J’ai commencé à lire vos livres. Que de révélations. Je me pose une grande question, soit celle ou on prends du Coumadin (prothèse cardiaque métallique). Il y a beaucoup d’aliments que nous devons éviter à cause de leur quantité de vitamine K. Bien que j’ai de la difficulté à les connaître tous, je pense que beaucoup d’aliments que vous avez dans vos recettes sont très riches en vitamines K. Cette diète me serait très bénéfique, mais j’ai de la difficulté avec mon taux de coagulation. Comment pourrais-je faire? Je vous serais très reconnaissante d’avoir une réponse. Merci.

Il s’agit en effet d’une situation complexe puisque ce sont souvent les aliments les plus bénéfiques pour la santé comme les légumes verts qui contiennent le plus de vitamine K. De plus, vous devez consommer un minimum de vitamine k car cette vitamine est indispensable à une bonne santé. Je vous conseille de consulter une nutritionniste pour obtenir le régime le plus approprié pour vous.

J’ai noté que la température de 28o et plus réveillait ma neuropathie.

Vous avez raison, la chaleur chez certains individus réveille ou amplifie selon le cas les douleurs neuropathiques.

achat prednisolone zentiva posologie

en cas de crises répétées ou d’uricémie haute (supérieure à 80 mg/l ou 480 mmol/l) un traitement urico-inhibiteur ou urico-éliminateur sera obligatoirement institué,

en cas de crises rares (1 crise par an par exemple) et d’uricémie modérée, on pourra essayer de se limiter au régime. Mais si les accidents aigus se répètent et si l’uricémie n’est pas bien contrôlée, il faudra secondairement envisager un traitement urico-inhibiteur ou uricosurique.

dans la goutte chronique, à distance d’une crise.

En cas d’insuffisance rénale ou de lithiase: on prescrit un urico-inhibiteur (de même en cas d’uricurie supérieure à 700 mg par 24 heures), S’il n’y a pas d’insuffisance rénale ou de lithiase: on peut utiliser indifféremment un uricosurique ou un urico-inhibiteur (parfois même dans certaines formes tophacées majeures leur association a pu être proposée), En cas d’atteinte articulaire chronique douloureuse, on pourra compléter par quelques antalgiques ou anti-inflammatoires et préconiser éventuellement des cures thermales en milieu rhumatologique (AIX LES BAINS, DAX, etc…).

en cas d’hyperuricémie simple asymptomatique:

Si l’hyperuricémie est inférieure à 90 mg/l (540 mmol/l), on pourra se limiter à un régime adapté, des boissons abondantes, avec une surveillance clinique et biologique. Si elle est supérieure à 90 mg/l, il faudra en plus donner un traitement urico-inhibiteur au long cours. (Source: http://www.esculape.com/rhumato/)

Il y a deux vecteurs de traitement pour la goutte:

* réduire le taux d’acide urique dans le sang, * soulager la douleur des crises d’arthrite de goutte.

Traitement de la crise fluxionnaire.

La plupart du temps, c’est le soulagement de la douleur qui est le traitement principal. On utilise alors des anti-inflammatoires non stéroïdien (comme l’indométhacine), et les antalgiques simples (paracétamol). Boire beaucoup d’eau peut bien évidemment aider à diminuer l’acide urique. Appliquer de la glace localement (30 minutes 4 fois par jour) soulage aussi la douleur.

La colchicine est employé fréquemment en France mais beaucoup moins dans les pays anglo-saxons en raison de ses effets secondaires (diarrhée et autres)

prednisolone cristers effets indésirables

Comme une bouteille jetée à la mer… C’est aussi par hasard que je suis tombée sur tous vos témoignages poignants, proches de ce que je peux ressentir au moment même où j’écris ces quelques mots! Et oui c’est en cherchant une solution, la solution miracle que je vous ai lu. Je suis à bout, consciente d’un bonheur immense que la vie m’offre et dont je ne peux profiter. J’enrage, je suis révoltée contre moi même contre cet état et toutes ses émotions que je n’arrive pas et plus à gérer qui m’épuisent et me tuent à petits feux, tous les jours un peu plus. C’est comme si nous étions 2 personnes dans un même corps, l’une joyeuse dynamique, consciente des bienfaits de la vie et l’autre le boulet accroché à la patte, énorme, paralysant, qui nous prive de toutes libertés. Maman de 3 merveilleux petits bouts, un mari aimant mais qui peine à comprendre, on ne peut pas lui en vouloir, je n’y comprends pas grand chose moi non plus. J’ai peur, horriblement peur, ce n’est pas une vie, je souffre mais je fais souffrir aussi. Si une personne bienveillante pouvait m’aider car je suis seule face à cette maladie qui éloigne. Je cherche qui peut m’aider mais il n’y a personne. Et bravo pour vos messages c’est certainement grâce à eux si pour la première fois je me confie un peu autre qu’à moi-même…

J Jean-Baptiste a écrit.

Bonjour Hélène et merci pour votre participation.

Je pense sincèrement que votre réflexe d’écrire ici est le bon. Une simple extériorisation, un partage, permet toujours de se soulager. À ce titre, avez vous pensé à mettre votre ressenti sur papier? La mise en action met en marche une qualité d’analyse plus profonde qui permet de tirer des enseignements en se relisant par la suite.

La première chose à intégrer, c’est qu’il n’y a pas de honte à se sentir comme cela. Les mécanismes de recherche d’aides extérieures sont naturels. J’espère d’ailleurs que ce blog pourra vous permettre de dialoguer et d’expulser tout ce qui peut vous ronger, afin de repartir de l’avant.

Je vous souhaite en tout cas bonne continuation.

H Hélène a écrit.

Merci beaucoup pour votre réponse. Vos mots sont justes, les témoignages très touchants de part la vérité qu’ils dégagent. Pour répondre, oui j’ai pensé et tenté d’écrire mes ressentis mais mes pensées partent dans tous les sens, je ne sais pas comment structurer mes émotions sur papier. Auriez-vous quelques éléments de réponses, une trame à me proposer? Je vais continuer à vous lire, ma première démarche est sans doute la bonne, ce petit exutoire me fait du bien, je ne veux pas lâcher, je veux m’en sortir. Je crois énormément aux bienfaits de remèdes sains (sport…) mais il faut aussi que je puisse m’apaiser et retrouver du plaisir dans ma vie et surtout comme beaucoup une confiance en moi que je n’ai plus depuis longtemps. A très bientôt.

J Jean-Baptiste a écrit.

Peu importe si votre réflexion n’est pas cadrée. En réalité, vous pouvez très bien vous contenter de phrases qui décrivent vos émotions, même si le fond semble décousu.

L’important, c’est que vous puissiez vous libérer, et ensuite revenir sur vos écrits afin de comprendre l’état d’esprit qui se cache derrière.

Notez aussi que je partage complètement votre avis sur les méthodes saines pour sortir d’un tel marasme.