cymbalta vente libre suisse

Les infections odontogènes sont polymicrobiennes. Un diagnostic et un traitement rapides, incluant l'élimination du facteur étiologique, sont essentiels à une prise en charge efficace. Les antibiotiques constituent un traitement d'appoint utile dans la prise en charge des infections odontogènes, mais ils ne doivent pas remplacer l'élimination du facteur étiologique. De plus, tous les dentistes devraient savoir à quel moment l'aiguillage vers un spécialiste est justifié.

La pénicilline en association avec le métronidazole offre une excellente couverture antimicrobienne contre la plupart des infections odontogènes et devrait être considérée comme l'antibiothérapie de choix. La clindamycine offre aussi une excellente couverture et devrait être utilisée chez les patients allergiques à la pénicilline ou en cas d'échec de la pénicilline. Traitement de la goutte.

Treatment of gout.

Frédéric Lioté*, Thomas Bardin.

Fédération de rhumatologie, pôle locomoteur, centre Viggo-Petersen, hôpital Lariboisière, APHP, 2, rue Ambroise-Paré, 75010 Paris, France Reçu et accepté le 13 décembre 2006 Disponible sur internet le 19 décembre 2006.

Mots clés: Goutte; Traitement; Colchicine; AINS; Corticoïdes; Allopurinol; Benzbromarone; Probénécide; Fébuxostat; Régime; Éducation Keywords: Gout; Treatment; Colchicine; NSAID; Steroids; Allopurinol; Benzbromarone; Probenecid; Febuxostat; Diet; Education.

1. Introduction.

Le traitement de la goutte a bénéficié ces dernières années de plusieurs nouveautés avec la mise en place des recommandations du groupe de travail de l’EULAR [1,2], le retrait temporaire de la benzbromarone et son retour en autorisation temporaire d’utilisation (ATU) nominative en 2005, le retour en pharmacie d’officine du probénécide, et le développement de nouveaux inhibiteurs de la xanthine oxydase (fébuxostat) ou de traitement ciblé biologique (rasburicase, PEG-uricase) dont les AMM sont en cours d’étude centralisée auprès de l’Agence européenne. C’est dire que les quelques patients réellement résistants ou allergiques à l’allopurinol pourront être traités efficacement par le rhumatologue averti, parfois au prix d’une prise en charge hospitalière. La prise en charge thérapeutique de la goutte commence par l’évaluation des facteurs de risque et des comorbidités, le traitement de l’accès aigu qu’il s’agisse du premier accès ou des récidives, le traitement de la maladie métabolique, à savoir l’hyperuricémie, la prévention des accès sous-traitement hypo-uricémiant et surtout, l’information et l’éducation du patient. Le niveau de qualité des essais thérapeutiques recueillis au cours de l’élaboration des recommandations EULAR 2005 est validé selon le procédé d’analyse systématique de la littérature (médecine fondée sur les preuves) [1,2]. Les 11 recommandations de l’EULAR sur la prise en charge de la goutte figurent en caractères gras et entre guillemets.

2. Principes thérapeutiques généraux.

Ils sont énoncés dans les premières recommandations de l’EULAR. « Le traitement optimal de la goutte associe des mesures pharmacologiques et toujours non pharmacologiques. Il est dûment prouvé que cette combinaison est plus efficace que la monothérapie (niveau Ib) ». La prise en charge thérapeutique de la goutte doit tenir compte: de la présence de facteurs de risque spécifiques: hyperuricémie, accès antérieurs, signes radiologiques (niveau IIb-Ib); du stade clinique: crise aiguë ou récidive, phase intercritique, tophacée chronique (niveau Ib); de la présence de facteurs de risque généraux: « âge, sexe, obésité, alcool, médicaments hyperuricémiants, interactions médicamenteuses, comorbidités (niveau Ib) ». Les conseils délivrés au patient, le choix et la dose du médicament varient en fonction d’un certain nombre de facteurs. Il s’agit, par exemple, de l’ancienneté et de la sévérité de l’hyperuricémie et de la crise, de la présence de comorbidités (lithiase urique, insuffisance rénale, grand-âge), de la présence de facteurs de risque (obésité, consommation de bière ou d’alcool), de l’âge du patient, de son sexe ou d’autres éléments démographiques.

L’éducation du patient et les conseils alimentaires sont des aspects fondamentaux de la prise en charge du patient. La première mesure est d’obtenir du patient une réduction drastique de la prise d’alcool, alcools durs, mais aussi de la bière (qu’elle soit avec ou sans alcool) dont la consommation est un facteur de risque indépendant (niveau III) [3]. La non-observance de cette mesure est à l’origine de gouttes faussement rebelles. Il faut conseiller un régime pauvre en purines, à savoir réduit en viandes, pauvre en abats et crustacés et riche en laitages à faible teneur en graisses [4]. Le risque relatif de développer la goutte est de 1,51 pour les consommations importantes de produits de la mer (poissons et fruits de mer), de 1,17 par augmentation de 10 g (un verre) de consommation d’alcool, de 1,49 par demi de bière et par jour, et de 1,15 par verre de spiritueux et par jour [5–7]. La consommation de laitages est inversement proportionnelle à l’uricémie. Le vin ne comporterait pas de risque propre selon les données épidémiologiques récentes [3]. Ces mesures favorisent la réduction de l’obésité et du surpoids et peuvent permettre de réduire l’uricémie de 60 μmol/l (10 mg/l). Elles contribuent surtout à faciliter le contrôle des troubles métaboliques associés (HTA, dyslipidémie).

2.2. Comorbidités associées.

« La correction des comorbidités associées et la prise en charge des facteurs de risque cardiovasculaire tels que l’hyperlipidémie, l’hypertension, l’hyperglycémie, l’obésité et le tabagisme représentent une part importante de la prise en charge de la goutte (niveau Ib) ». Il est établi que l’hyperuricémie est associée à l’hyperlipidémie,à l’HTA, au diabète et à l’insulinorésistance, et à l’obésité; le tout constituant le désormais classique « syndrome métabolique » [4,6,8]. Sa réalité est discutée par certains, au même titre que la « préhypertension artérielle ». Le traitement antihypertenseur doit être revu en cas de traitement diurétique, source d’hyperuricémie et de goutte secondaire. On peut alors faire appel au losartan car il est modérément hypo-uricémiant du fait de son effet uricosurique [4,9]. En cas de dyslipidémie, c’est le fénofibrate qui peut être proposé en priorité car il aussi un effet hypo-uricémiant plus marqué que celui du losartan [9]. La correction d’une obésité est un des objectifs prioritaires du traitement. Cette correction permet de réduire l’hyperuricémie et d’agir sur les facteurs de risque cardiovasculaire associés à la goutte.

3. Traitement de la crise aiguë.

« La colchicine orale et/ou les AINS sont les médicaments de première intention dans la crise de goutte. En l’absence de contre-indication, un AINS est une option simple et bien tolérée. »

crestor 5mg prix à comparer

Le Dr Alain Gérard, auteur du «Bon usage des psychotropes», aux éd. Albin Michel, explique la dernière approche utilisée pour traiter les états d''anxiété intense quand ils ont dégénéré en maladie psychique.

On entend parler de plus en plus de syndrome d''anxiété généralisée. Quelles en sont les caractéristiques?

Il s'agit d'un trouble acquis à partir d'un moment de la vie où le sujet est devenu prisonnier d'un état de tension interne et d'inquiétude incontrôlable. Sur le plan psychique, il a l'impression de ne plus pouvoir maîtriser sa pensée ni sa vie, les soucis apparaissent disproportionnés par rapport à la réalité. Le malade a peur de tout sans raison valable. Très vite s'associent à cette tension des symptômes physiques: troubles digestifs, bouche sèche, douleurs musculaires, perturbation du sommeil, fatigabilité anormale. Dans les formes évoluées surviennent des attaques de panique. L'ensemble de tous ces troubles provoque une souffrance morale et un handicap qui finissent par altérer le fonctionnement de la vie sociale et professionnelle.

Comment ne pas confondre cette maladie anxieuse avec une détresse morale passagère? Le diagnostic de trouble anxieux généralisé n'est porté avec certitude qu'après six mois d'évolution des trois types de symptômes dont nous venons de parler. Il s'agit d'une maladie psychique fréquente (surtout à l'adolescence et chez l'adulte jeune) dont on ne connaît pas la cause mais qui peut être déclenchée par des stress successifs.

Sans traitement, quels sont les risques? Tout d'abord, le sujet atteint peut souffrir de crises de panique aiguës durant lesquelles il a l'impression de devenir fou. Ensuite, le grand risque est la survenue d'une dépression.

Quels ont été les derniers progrès de cette prise en charge?

Aujourd'hui, on ne se contente plus d'administrer des médicaments. L'avancée de ces toutes dernières années consiste, dans une stratégie globale, en un traitement à court terme suivi d'un autre à long terme. Lorsque les troubles du sommeil sont très importants ainsi que les symptômes de tension musculaire, on prescrit durant quelques semaines une première thérapie à base d'anxiolytique. Depuis peu, on remplace volontiers ces benzodiazépines par un des deux antidépresseurs qui viennent de prouver leur efficacité sur le marché: la paroxétine ou la venlafaxine. Le produit qui a pris le relais de l'anxiolytique est administré pour une durée de six à douze mois (selon le cas spécifique du patient). Pour les sujets dont les troubles du sommeil et les douleurs musculaires ne constituent pas un handicap majeur, on débute le traitement directement avec un antidépresseur. Mais j'insiste sur le fait que cette prescription n'est légitime qu'en cas d'anxiété généralisée caractérisée. Il ne faut surtout pas administrer un antidépresseur à toute personne qui exprime quelques symptômes anxieux! Il est indispensable de calculer le rapport bénéfices-risques. Ces traitements médicamenteux, dans la très grande majorité des cas, apportent une très nette amélioration de l'état anxieux, mais on s'aperçoit souvent qu'il est nécessaire, pour stabiliser le patient, de poursuivre la prise en charge par une psychothérapie.

Quel va être le but de cette seconde étape où l'on passe à une thérapie par la parole?

Dans un premier temps, durant huit à douze semaines, une psychothérapie dite “cognitive” ou “comportementale” va viser à restructurer la pensée anxieuse du sujet en l'aidant à prendre conscience des mécanismes qui le font souffrir. Cette thérapie est aussi destinée à éviter la survenue de pensées anxiogènes, à retrouver la maîtrise de son cerveau. Parallèlement à cette prise en charge, des règles d'hygiène de vie sont à respecter: faire du sport ou marcher au grand air une heure par jour, éviter ou fortement diminuer café, alcool et tabac.

Généralement, après cette thérapie comportementale ou cognitive, quels résultats obtient-on? La plupart du temps, on parvient à diminuer fortement la souffrance morale du patient, à réduire de façon majeure son handicap. Ces grands anxieux conservent cependant quelques symptômes mais tout à fait surmontables: leur niveau d'inquiétude n'est pas pathologique.

Et quel recours offrez-vous aux malades qui ne bénéficient pas d'une amélioration suffisante? Nous les dirigeons vers une autre forme de psychothérapie, une psychanalyse à plus long terme. La technique sera différente de la précédente: le psychanalyste fera parler le patient de façon à ce qu'il remonte aux sources inconscientes de son angoisse. La solution de ce conflit refoulé est en principe trouvée en cours de traitement.

En cas d''anxiété généralisée, quels sont vos conseils? Ils sont au nombre de quatre. 1 Ne jamais banaliser ce trouble anxieux, car il peut avoir des conséquences graves. 2 Ne pas gérer soi-même son traitement: prendre toujours l'avis d'un spécialiste, particulièrement en période d'arrêt d'un médicament. 3 Accepter l'idée que l'association d'une thérapie par médicament à une autre par la parole est complémentaire, les deux sont utiles pour guérir. 4 Ne pas oublier, à l'amélioration des troubles, les recommandations d'hygiène de vie reçues pendant le traitement.

Contacter S. de la Brosse.

Toute reproduction interdite. Comment reconstituer sa flore intestinale.

Comment refaire la flore intestinale quand celle-ci a été détériorée par des problèmes digestifs chroniques, par l’alimentation moderne ou encore par la prise d’antibiotiques? Reconstruire la microflore intestinale est indispensable pour une bonne santé…

Entretenir sa flore intestinale.

Nous avons vu dans l’article précédant « La santé vient du ventre » que notre flore intestinale est peuplée de milliards de bactéries. Mais comme dans tout, il y a du bon et du moins bon… Les « bonnes » et les « mauvaises » bactéries! Voyons ceci en détail.

où acheter générique crestor

#8 nicole sa tribu et sa ménagerie.

deux mains gauches.

#9 _strychnine_.

#10 clementine.

Modifié par clementine, 09 juin 2008 - 23:22.

#11 clementine.

Modifié par clementine, 12 juin 2008 - 14:21.

#12 agivince.

#13 Yaverot.

#14 Anonimo.

Membres 1 615 messages Genre: Homme Localisation: Ztigania-celtika Intérêts: Les plus divers, mais avant tout l'humain et l'environnement.

#15 _strychnine_.

#16 Anonimo.

Membres 1 615 messages Genre: Homme Localisation: Ztigania-celtika Intérêts: Les plus divers, mais avant tout l'humain et l'environnement.

#17 DYSHIDROSE.

crestor oui ou non

marque générique crestor

La superposition des deux images permet de voir l’angle de mobilité du coccyx, elle est indispensable pour un diagnostic de la coccygodinie.

Le traitement manuel.

Le traitement manuel n’est pas très agréable, puisqu’il constitue en un toucher qui va alléger les pressions sur le coccyx, le remettre dans une meilleure position si il a été dévié, et tenter de relâcher les muscles tenseurs. Néanmoins, c’est un des traitements les plus efficaces, dans le cas d’une coccygodynie non traumatique.

Le traitement manuel peut aussi être fait via des massages profonds, ou des manipulations. L’ ostéopathe peut aussi intervenir avec succès.

Les infiltrations.

Les infiltrations de corticoïdes sont aussi une méthode de traitement qui a beaucoup de chances de réussite. Elles augmentent la douleur dans les premiers jours, ensuite un mieux se fait sentir assez rapidement, au bout de deux à trois semaines.

Elles peuvent être renouvelées au bout de trois mois, mais ne doivent pas être trop fréquentes. En effet, le professeur Maigne considère qu’au bout de deux à trois infiltrations, le potentiel maximum de ce traitement a été atteint.

La chirurgie.

La chirurgie consiste à retirer l’os du coccyx, tout simplement. Le coccyx est considéré comme étant un résidu de notre évolution, et n’ayant pas d’utilité pratique, comme par exemple l’appendice ou les amygdales.

Néanmoins, il s’agit d’un acte chirurgical, intervenant dans une zone sensible, fortement innervée, et reliée à la colonne vertébrale. Comme tout acte chirurgical, il comporte des risques inhérents (problème d’anesthésie, infection nosocomiale) et ne doit être envisagé qu’en dernier recours.

acheter crestor en pharmacie

crestor et effet secondaire

L’ arthrose ou «usure des cartilages» provoque des douleurs dans les articulations, les sciatiques, les lumbagos, les «mal au dos».

Elle s’accompage, en général, d’une décalcification du squelette, mais cette décalcification est l'un des effets secondaires de l'arthrose et ne provient pas d’un manque de calcium.

L'on croyait, jusqu’à aujourd’hui, que l’arthrose était un dépérissement progressif et irréversible du squelette.

Il n’en est rien. Cette tendance peut se combattre et se renverser.

Ana Maria Lajusticia Bergasa, connue en Espagne pour ses livres sur la Diététique et l’Alimentation, explique les causes de cette affection d’une manière scientifique, mais compréhensible pour tous.

Elle en indique la solution, qui repose sur un régime alimentaire et non sur des médicaments.

Cette solution s’est déjà révélée efficace chez des milliers de personnes.

Les étapes de la cure intense:

1 - Stopper les carences en magnésium, vitamine C, silicium, acide hyaluronique:

- Le magnésium.

Le magnésium joue un rôle très important dans l'alimentation. De nombreux troubles peuvent être consécutifs à ue carence en magnésium: dépression et angoisse, diabètes, spasmes musculaires, arthrose, crampes, troubles cardio-vasculaires, pression artérielle élevée et ostéoporose.

crestor et effet secondaire

cvs pharmacie crestor

yea: the only possibility( i think) send all infos to (https://www.alienvault.com.

What happened to the comparison feature on the stock charts?

Replace the comparison feature on the stock charts!!

Misinformation on order DVD.

I ordered DVD / Blueray "AL.A confidential" all I got was Blue ray & a contact # for getting the DVD which didn't work. I order My week with Marilyn ____DVD /blue ray & I got both ----so foolishly assumed the same would apply to L.A. ___ETC not so. I have no blue ray machine ----- I don't want a blue ray machine I dont want blueray movies. How do I get my dvd copy of L.A. Confidential?

ghana.

0843683221.

YAHoo/Apple/Google/หน้าส้นตีนลูกพ่อแม่ไม่สั่งไม่สอนไอ้พวกหน้าตัวเมียไอ้สัตว์นรก.

remove from search engine.

the link i not up to date: us.linkedin.com/pub/dir/José/Serrato apears informations about someon else.

vente crestor pharmacie en france

crestor oui ou non

– à ne pas avoir de grosses envies de sucre.

– à mieux digérer les graisses.

– à soigner votre obésité.

– à équilibrer votre taux de sucre dans le sang.

– à mieux cicatriser.

et émotionnellement,

– à retrouver la capacité de concentration.

– à vous sentir moins instable,

– à soigner votre dépression.

– à remettre les pieds sur terre.

– à vous sentir plus responsable.

L’aromathérapie holistique du diabète.

crestor et effet secondaire

les dangers du crestor

D apres l examen mes cordes vocales sont fines Pas de nodules ni kistes mais le fond est rouge.

Conclusion une rgo alors que je ne souffre pas de reflux acide gastrique,pour elle on peut avoir le reflux sans s apercevoir.

Résultat prescription de pantoprazole que je prends le soir.

Les effets,sont une fatigue extrême et je dors beaucoup,ce qui n est pas dans ma nature.

J ai peur que le diagnostic est faux.

Quelqu un a t il eu la même chose que moi car j ai peur que cela soit plus grave.

Merci de votre réponse pour me rassurer.

C’est bien un rgo dont vous souffrez. Il faut tout de même se soigner naturellement et je pense qu’il faut marcher après le repas, au moins 15 minutes.

Ne pas croire que les médicaments vont résoudre tous les problèmes. Faire une endoscopie pour vérifier l’état de la muqueuse de l’œsophage.

Ce n’est qu’ une rgo, machez bien quand vous mangez, il faut tout réduire en purée par la mastication lorsqu’on mange sinon… et pour vous soulager rapidement prenez une cuillerée à soupe de vinaigre de cidre à jeun pendant quelques jours le matin à jeun avant d’avaler deux tartines. çà va passer rapidement.

qu'est ce qu'un médicament générique crestor

Chez beaucoup de patients atteints de hernie inguinale, la faiblesse de la paroi abdominale est présente dès la naissance. D'autres types de hernies inguinales se développent lorsque les muscles s'affaiblissent ou se détériorent en raison de facteurs tels que le vieillissement, une activité physique intense ou encore une toux liée au tabagisme.

Notons enfin que les hommes sont en règle générale, davantage susceptibles d'être atteints d'une hernie inguinale.

Facteurs de risque d'une hernie inguinale.

Voici quelques facteurs de risque de développer une hernie inguinale:

Être de sexe masculin: Un homme est davantage susceptible de développer une hernie inguinale qu'une femme. Par ailleurs, la grande majorité des nouveau-nés et des enfants ayant des hernies inguinales sont des garçons. Les antécédents familiaux: Le risque d'avoir une hernie inguinale est plus important si vous avez un proche parent qui a une hernie inguinale. Certaines maladies: Certaines maladies provocant des lésions pulmonaires et une toux chronique favorisent le développement d'une hernie inguinale. La toux chronique: Les toux chroniques liées à certaines maladies ou au fait de fumer, favorisent l'apparition d'une hernie inguinale. Constipation chronique: Une constipation chronique conduit à réaliser des efforts pour aller à la selle et est une des causes fréquentes d'apparition d'une hernie inguinale. Le surpoids: Le surpoids fait qu'une pression supplémentaire est exercée sur votre abdomen et favorise ainsi la hernie inguinal e. La grossesse: Pour une femme, le fait d'être enceinte affaiblit les muscles abdominaux et engendre une pression accrue à l'intérieur de l'abdomen. Une naissance prématurée: Les nourrissons qui sont nés plus tôt que la normale sont plus susceptibles d'avoir des hernies inguinales. Certaines professions: Avoir un travail qui exige de rester debout pendant de longues périodes, augmente le risque de développer une hernie inguinale.

Complications d'une hernie inguinale.

Les complications d'une hernie inguinale comprennent:

La pression sur les tissus environnants: La plupart des hernies inguinales grandissent au fil du temps si elles ne sont pas réparées chirurgicalement. Les grosses hernies inguinales peuvent ainsi exercer une pression sur les tissus environnants et, chez les hommes, s'étendre dans le scrotum, causant de la douleur et une enflure. Une hernie "coincée": Cette complication d'une hernie inguinale se produit quand une boucle de l'intestin se retrouve piégée dans le point faible de la paroi abdominale. Cela peut gêner l'intestin, entraînant des douleurs sévères, des nausées, des vomissements, etc. Une hernie étranglée: Lorsqu'une partie de l'intestin est pris au piège dans la paroi abdominale (hernie), le flux sanguin vers cette portion de l'intestin peut être diminuée. Cette condition est appelée strangulation et elle peut conduire à la mort des tissus intestinaux touchées. Une hernie étranglée nécessite une intervention chirurgicale immédiate.

Diagnostiquer une hernie inguinale.

Un examen physique est nécessaire pour diagnostiquer une hernie inguinale.

Le médecin est alors susceptible de poser des questions sur les signes et symptômes que ressent le patient, puis vérifiera la présence d'un renflement dans la région de l'aine, en mettant le patient debout et en lui demandant de tousser.

maux de tete crestor

Vous devriez faire attention à ce que vous dites …vous pourriez finir par avoir des problèmes …………………

Effectivement CERISE a tout à fait raison, d’autant que ce blog est réservé au DCA (Dichloroacétate de Sodium) et pas à autre chose.

Donc PECUNIA, si vous n’avez rien à dire sur le DCA, merci d’aller vendre vos produits sur d’autres sites ou blogs.

Depuis une semaine maintenant, le DCA est utilisé en France par une femme ayant un cancer du col de l’utérus avec récidive dans tout le vagin et sur une vertèbre. L’utilisation du DCA est couplée avec une chimio (sans cisplatine) et des aimants dans deux alliages différents posés sur et autour de la vertèbre. DCA + vitamine B1 + Acide Lipoïque + Reshi + Maitaké.

Dans une semaine nous espérons voir éventuellement les premiers effets.

Le scanner vient d’indiquer que la récidive est terminée au niveau du vagin, qui reste encore un peu flou sur une petite partie vers le col en raison de agressivité des différentes chimios antérieures. Il n’y a plus aucun foyer sur la vertèbre, qui était ouverte et qui s’est refermée, pas de tassement non plus, elle restera néanmoins un peu fragilisée. L’utilisation des aimants dans deux alliages différents posés dans une ceinture dorsale légère, de manière à obtenir la meilleure résonance, à permis tout de suite de supprimer la douleur provenant de la vertèbre, la ceinture était utilisée une heure pas jour et ensuite ponctuellement en cas de douleurs, dès l’utilisation de la ceinture aimantée la patiente a dormi toutes ses nuits. La combinaison du protocole du DCA + vitamine B1 + Acide Lipoïque + Reshi + Maitaké + les aimants a été bénéfique, la chimio à base de carboplastine bien que n’ayant été utilisée que 3 fois sur les 7 prévues entre janvier et avril (dont une seule fois entre la mi-février et la mi-avril), a sans doute également joué un rôle, sachant que les globules blanc et les plaquettes étaient à chaque fois en chute libre à la sortie des chimios que la combinaison Reishi et Maitaké a permis une remontée spectaculaire en une semaine. La remontée des globules rouges est plus lente, la chute était due à une carence en fer. Première conclusion: L’utilisation du DCA doit être associé à un protocole complet, le dosage de l’ensemble des produits doit être suivi très attentivement et ajusté si nécessaire, en fonction des réactions des patients. Il y a eu ici complémentarité avec la chimio (dont je fournirais, le plus vite possible le détail des composants). L’utilisation des aimants (deux alliages) directement sur la vertèbre a eu un effet spectaculaire. Je prépare un C-R plus technique. Un grand merci à LEON, OLIVIER, LAURENT, NANOU et tous les autres qui dans leurs commentaires ont permis de mettre au point ce protocole. Je tiens à remercier la patiente qui a accepté de suivre ce protocole.

Quelle belle et bonne nouvelle Thierry!!…

Bonsoir, Bon il n’y a pas grand monde sur ce forum, je vais quand même résumer ce qui a été fait sur ce cas particulier:

Le DCA vient d’être utilisé sur une patiente atteinte d’une 4ième récidive du cancer du col de l’utérus. La récidive portait sur l’ensemble du vagin et sur une vertèbre.

Etat de la patiente au 22 février, le nouveau protocole au carboplatine commencé en décembre 2010 donne des résultats très mitigée, et la dernière chimio date de la mi janvier 2011. Ce 22 février, mal de dos important et permanent, pertes rougeâtres plusieurs fois par jour, mal de ventre et bas ventre, allergie au patch de morphine et au solupred (arrêtés dès la première prise).

Voici le protocole utilisé: A partir du 23 février utilisation d’une ceinture dorsale souple et légère comprenant 4 aimants dans 2 alliages différents qui sont posés une heure par jour sur la vertèbre, et ensuite par tranche de 30 minutes en cas de douleurs à n’importe quel moment de la journée ou de la nuit. En plus à partir du 26 février chaque jour, le matin, prise de 3 gélules de Reishi et 3 gélules de Maitaké. En plus à partir du 11 mars on ajoute deux aimants supplémentaires sur la vertèbre ce qui donne 2 aimants dans un alliage et 4 aimants dans un autre alliage En plus à partir du 12 mars début de la prise du DCA + vitamine B1 + acide lipoïque-R Le 16 mars chimio au carboplatine Le 23 mars chimio au carboplatine Le 26 mars suivant les indications canadiennes trouvées sur le net, arrêt pendant une semaine de la prise DCA + vitamine B1 + acide lipoïque le 31 mars suite à une chute libre des globules blancs, des plaquettes et des globules rouges (effets déjà constaté précédemment à la suite de chimio) augmentation de la prise de Reishi et Maitaké pendant une semaine jusqu’au 6 avril, 5 gélules de reishi et 5 gélules de maitaké par jour le matin, puis à partir du 7 avril reprise des 3 gélules de Reishi et 3 gélules de Maitaké par jour le matin. Le 2 avril reprise du protocole DCA + vitamine B1 + acide lipoïque-R Le 4 avril remontée (x par 2) des globules blancs et des plaquettes (merci au Reishi et Maitaké), par contre les globules rouges sont encore insuffisants par manque de fer, donc prise de Tardiféran. Le 12 avril le scanner montre que la vertèbre qui était ouverte s’est refermée, que les deux foyers présents sur la vertèbre ont complètement disparu, et qu’il n’y a plus de récidive dans le vagin, qui par endroit reste cependant marqué (zone floue) par les traitements des chimios antérieures. le 13 avril chimio au carboplatine. 3 autres chimios sont encore programmées.